NOUVELLES

Procès Pistorius: les familles de la victime et du meurtrier côte à côte

03/03/2014 11:37 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

Les familles d'Oscar Pistorius, le meurtrier, et de Reeva Steenkamp, sa victime, ont vécu la première journée d'audience lundi côte à côte, sur le même banc, évitant soigneusement d'échanger un regard même pendant la longue attente avant l'ouverture du procès.

Quelques centimètres seulement séparent Carl, le frère aîné du meurtrier, des représentants de la famille Steenkamp sur ce banc de bois très inconfortable.

June Steenkamp, 67 ans, la mère de Reeva, tuée l'an dernier alors qu'elle passait la nuit chez Oscar Pistorius, a pénétré la première dans la salle d'audience, vêtue de noir, le visage de marbre, l'émotion à peine trahie par le sourcil froncé.

Elle a pris place face au juge, entourée par des amis, les Myers, dont Reeva, originaire du sud de l'Afrique du Sud, avait fait sa famille adoptive lorsqu'elle vivait à Johannesburg.

Le clan Pistorius, calme, faisant profil bas, s'est installé peu après sur le même banc: Carl, la soeur Aimée, Arnold, l'oncle chéri du champion... Une petite dizaine de personnes au total, assises à l'autre bout.

Puis l'attente a commencé pour ces deux familles sud-africaines blanches qui n'avaient guère eu le temps de se connaître avant le drame, le procès prenant plus d'une heure de retard à cause d'un problème de traducteur.

La tension évidente quoique subtile ne retombera pas ensuite.

De temps à autre, la mère de la victime s'est tamponné les yeux d'un mouchoir, jetant un regard de temps à autre à Oscar Pistorius qui griffonnait des notes, impassible dans le box des accusés à côté de ses avocats.

June Steenkamp a fixé sans ciller le premier témoin, une voisine venue raconter comment elle a vécu à distance les derniers instants de sa fille. Réveillée en pleine nuit de la Saint-Valentin 2013 par des hurlements de terreur, elle a entendu des cris que l'on ne pousse "que quand votre vie est menacée".

"Je veux regarder Oscar, le regarder vraiment dans les yeux, et apprécier moi-même la vérité sur ce qu'il a fait à Reeva", a déclaré la mère de la victime au quotidien sud-africain The Star.

Lundi était la première rencontre de Mme Steenkamp avec Oscar Pistorius.

"Quelle que soit la décision du tribunal à la fin de ce procès, je serai prête à le pardonner. Mais d'abord, je veux le forcer à me regarder, moi, la mère de Reeva, qu'il voie la peine et la douleur qu'il m'a causées. Je crois que j'ai besoin de ça", a-t-elle encore confié.

jcm-clr/cpb/mba

PLUS:hp