NOUVELLES

Pilotes français détenus en République dominicaine: Fabius exige un procès rapidement

03/03/2014 04:28 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a jugé lundi "très choquant" le report à maintes reprises du procès en République dominicaine de deux pilotes français accusés de trafic de drogue, exigeant une audience dans un rapide délai.

"Il faut qu'il y ait un procès qui vienne et qui vienne vite. J'ai donné instruction à mes représentants sur place d'être extrêmement sévères sur ce point et je voudrais apporter mon soutien" aux familles des pilotes, a indiqué M. Fabius, en réponse à une question sur la radio RTL.

Le 20 mars 2013, les deux pilotes français, Pascal Fauret et Bruno Odos, étaient aux commandes d'un avion privé devant décoller de Punta Cana (est de la République dominicaine) à bord duquel 700 kilos de cocaïne ont été saisis par l'agence antidrogue dominicaine. Ce Falcon 50 appartenant au lunetier français Alain Afflelou avait été affrété par une société de location, SN-THS, installée à Bron (France).

Le 4 avril 2013, dans cette affaire, la justice dominicaine a fixé un an de détention provisoire à l'encontre de la plupart des accusés, une quarantaine, dont quatre Français, les deux pilotes et deux passagers.

"Ce qui est très choquant c'est que, depuis ce temps, jamais leur procès n'a pu (se tenir). Donc la France a fait des représentations extrêmement sévères au gouvernement de la République dominicaine", a affirmé M. Fabius.

Selon le principal syndicat français de pilotes, le SNPL France Alpa, une audience préliminaire, le 25 février, a été à nouveau annulée. Le tribunal de Higüey (est de la République dominicaine) avait repoussé auparavant à cinq reprises cette audience qui doit déterminer à l'encontre de quels suspects les charges sont suffisantes pour aller au procès.

Après le nouveau report, fin février, le SNPL France Alpa a appelé à ne plus desservir la République dominicaine pour protester contre le fait que Pascal Fauret et Bruno Odos, en détention préventive depuis onze mois, n'ont pu voir un juge pour s'expliquer sur les faits et souligner qu'ils "ne faisaient que leur métier".

"C'est une situation tout à fait choquante. Ce sont deux pilotes qui ont été interpellés parce qu'on a trouvé de la drogue dans leur avion et eux disent +nous sommes absolument innocents+", a dit lundi le ministre français des Affaires étrangères. Il a indiqué qu'il recevrait prochainement la femme de Pascal Fauret, Sabine.

cr/cf/abk

PLUS:hp