NOUVELLES

Ouganda: le président zimbabwéen Mugabe soutient Museveni contre les homosexuels

03/03/2014 10:02 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a apporté son soutien à son homologue ougandais Yoweri Museveni, soumis à des pressions internationales et à la menace de perdre des aides après la promulgation d'une loi durcissant la répression de l'homosexualité.

"Ils (les Occidentaux, ndlr) veulent nous dire (...) que c'est une violation des droits de l'homme et c'est ce qu'ils infligent maintenant à Museveni", a déclaré M. Mugabe, cité dans la presse gouvernementale lundi.

"Le droit de l'homme qu'on a en tant qu'homme est celui d'épouser une femme, pas un homme, nous refusons ça", a ajouté M. Mugabe, qui s'est exprimé durant la réception donnée au cours du week-end pour le mariage de sa fille unique, Bona.

Le président zimbabwéen est coutumier des attaques visant les gays et lesbiennes, qu'il a déjà qualifiés par le passé de "pires que des chiens ou des cochons".

"Je crois comprendre que nous avons une association d'homosexuels dans notre pays, je ne le savais pas jusqu'à temps qu'on me l'apprenne avant-hier. On va vérifier qui en fait partie", a-t-il également menacé, selon la même source.

Le Zimbabwe compte notamment, et de longue date, une association de gays et lesbiennes, le GALZ. La police a, en maintes occasions, fait des descentes dans ses bureaux et le parquet entamé des poursuites pour non respect de l'obligation de s'enregistrer comme association qui venaient d'être abandonnées il y a une semaine.

Le Zimbabwe n'autorise pas le mariage homosexuel, contrairement à l'Afrique du Sud voisine. Le code pénal datant de 2006 interdit la "sodomie", c'est-à-dire toute relation sexuelle entre hommes, sous peine d'une amende ou d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à un an, selon le site du GALZ.

rm-sn/clr/sd

PLUS:hp