NOUVELLES

Législatives en Colombie: pressions des groupes illégaux dans 20% du pays

03/03/2014 06:08 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

Les groupes illégaux en Colombie exercent des pressions sur les électeurs dans un cinquième du territoire, afin de le dissuader d'aller voter aux législatives de dimanche prochain, a dénoncé lundi le "Défenseur du peuple" ou médiateur national, Jorge Armando Otalora.

Qu'il s'agisse de guérillas d'extrême gauche ou bandes criminelles, composées en partie de milices paramilitaires d'extrême droite, ces mouvements armés menacent le processus électoral dans 221 localités sur 1.123 du pays, a indiqué M. Otalora, lors d'une conférence de presse à Bogota.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), principale rébellion, seraient, selon le "Défenseur", la première source de menaces dans 81% des localités menacées, suivie par l'Armée de libération nationale (ELN), la seconde guérilla colombienne.

Fondées dans les années 1960, l'ELN et les Farc, plus anciens mouvements rebelles d'Amérique latine, comptent encore respectivement 2.500 et près de 8.000 combattants selon les autorités. Les Farc mènent depuis novembre 2012 des négociations délocalisées à Cuba, tandis que l'ELN s'est déclarée prête à des discussions au cours des derniers mois.

Malgré le processus de paix, les rebelles des Farc, qui ont régulièrement appelé dans le passé à boycotter les élections, menacent des communautés entières leur "interdisant de sortir pour exercer leur droit de vote", selon M. Otalora.

Les bandes trafiquant de drogue font aussi preuve de "pression et intimidation" dans ce pays considéré comme le premier producteur de cocaïne au monde, au coude à coude avec le Pérou, selon le dernier rapport de l'ONU.

Toutefois les plaintes relatives à l'interférence des groupes illégaux ont baissé de 36% par rapport aux dernières élections en 2010, selon le "Défenseur". "Nous pensons que le processus de paix en cours a une influence", a-t-il précisé.

Les Colombiens sont appelés aux urnes dimanche prochain pour renouveler les deux chambres du Congrès, un scrutin qui sera suivi du premier tour de la présidentielle le 25 mai.

pcp/vel/pz/ob

PLUS:hp