NOUVELLES

Ukraine: le Japon exprime une "profonde anxiété et son inquiétude" face à un recours à l'armée

02/03/2014 07:36 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Le Japon s'est dit lundi profondément préoccupé par la décision du Parlement russe d'autoriser une action militaire sur le sol ukrainien sur demande du président russe Vladimir Poutine.

"Le Japon exprime une profonde anxiété et son inquiétude concernant cette décision", a écrit dans un communiqué le ministère japonais des Affaires étrangères, indiquant que "la décision prise par le Conseil de la Fédération de la Russie risquait d'augmenter la tension dans la région et de nuire à la paix et à la stabilité de la communauté internationale".

"Le Japon espère vivement que la situation en Ukraine sera réglée de manière pacifique et demande instamment à toutes les parties concernées de se comporter avec retenue et responsabilité maximale, de respecter pleinement les lois internationales, y compris l'Accord sur le statut et les conditions de la présence de la flotte de Russie en Mer Noire sur le territoire de l'Ukraine, et de respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a poursuivi le ministère.

Tokyo exprime officiellement cette inquiétude alors que les Etats-Unis ont averti la Russie qu'elle risquait d'être exclue du Groupe des huit nations les plus riches (G8), dont le prochain sommet doit se tenir en juin à Sotchi.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry sera pour sa part à Kiev mardi afin de soutenir les autorités intérimaires ukrainiennes, au moment où les troupes russes contrôlent complètement la Crimée, ont annoncé dimanche des responsables américains.

Dimanche, l'Otan avait appelé la Russie et l'Ukraine à rechercher une "solution pacifique" à la crise à travers le "dialogue" et le déploiement d'observateurs internationaux", qui se ferait "sous les auspices du Conseil de sécurité des Nations unies ou de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe".

Dans le même temps, selon un communiqué du gouvernement allemand, Vladimir Poutine a accepté une proposition de la chancelière Angela Merkel sur la création d'un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine.

kap/ob

PLUS:hp