NOUVELLES

Thaïlande : 2e chance pour les électeurs

02/03/2014 12:39 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Les électeurs de cinq provinces de Thaïlande qui avaient été empêchés de voter lors du scrutin législatif de février dernier se rendent aux urnes dimanche.

L'élection avait été décrétée par la première ministre contestée Yingluck Shinawatra pour mettre un terme à la grogne à laquelle son gouvernement fait face depuis l'automne dernier.

Le 2 février, les électeurs n'avaient pu se rendre aux urnes dans près de 20 % des circonscriptions en raison des tensions créées par d'importantes manifestations.

Les protestataires réclament le départ de la première ministre, qu'ils accusent d'être à la solde de son frère, l'ancien premier ministre Thaksin, reconnu coupable de corruption en 2011 et vivant en exil. Ils demandent la mise en place d'un « conseil du peuple » non élu pour gérer les affaires de l'État en attendant une nouvelle élection.

Les manifestants ont poursuivi leurs rassemblements presque quotidiens depuis l'élection, qui n'a pas ramené la stabilité au pays.

Les bureaux de vote ont donc ouvert dans l'inquiétude dimanche, mais l'opération semblait se dérouler dans le calme, selon les autorités.

La reprise des élections devant se dérouler en avril dans d'autres provinces a été suspendue en attente d'une décision de la Cour portant sur la procédure électorale.

Les manifestants étaient toujours rassemblés dans le parc Lumpini, au centre de la capitale, Bangkok, depuis la levée des barricades qu'ils avaient installées à certaines intersections importantes de la ville. Seule une section d'une autoroute est toujours bloquée par les opposants au gouvernement Shinawatra.

Il fait peu de doute que les résultats définitifs du scrutin, qui devront atteindre que tous les électeurs aient pu se faire entendre, garderont la première ministre actuelle au pouvoir. Son soutien est particulièrement fort parmi les régions rurales du pays et leurs votes devraient lui suffire pour se maintenir en poste.

PLUS:rc