NOUVELLES

Syrie: les violences reprennent dans le camp de Yarmouk, trêve rompue (ONG)

02/03/2014 12:23 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Les combats et les bombardements ont repris dimanche dans le camp palestinien de Yarmouk, dans le sud de Damas, rompant une trêve en vigueur depuis la mi-février, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Il y eu des bombardements sur Yarmouk et des combats entre le Front al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) et le Front populaire de libération de la Palestine-commandement général", a rapporté l'ONG. "La trêve est rompue", a affirmé à l'AFP son directeur, Rami Abdel Rahmane.

Après des mois de bombardements et de combats acharnés entre l'armée et les rebelles, ce quartier qui abritait 150.000 personnes avant la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011, ne compte plus que 40.000 habitants, dont 18.000 Palestiniens.

Depuis l'été 2013, les troupes de Bachar al-Assad imposent un siège asphyxiant, réduisant les civils à vivre dans une sorte de ghetto, dans l'indigence la plus totale.

Une trêve fragile avait permis ces dernières semaines la distribution d'aide par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

Cette trêve est en vigueur depuis le retrait des combattants du Front al-Nosra, mais dimanche, les jihadistes ont publié un communiqué accusant le régime du président Bachar al-Assad et ses alliés d'avoir violé leur part de l'accord.

Selon le texte, les jihadistes avaient accepté de se retirer en raison de la situation humanitaire, mais seul "un très petit nombre de colis alimentaires" ont été distribués par rapport à ce qui a été convenu.

Des militants à Yarmouk ont pour leur part confirmé via internet que le Front al-Nosra était revenu dans le camp dimanche, faisant état de combats et de bombardements.

"J'étais en train de filmer à l'extérieur et les bombardements ont commencé soudainement. Il fallait voir les enfants, ils étaient terrifiés", a déclaré Rami al-Sayed, un militant syrien vivant à Yarmouk, contacté via internet.

De son côté, le FPLP-CG, une formation pro-régime, a accusé le Front al-Nosra d'avoir violé la trêve en revenant dans le camp.

"Ce matin, le Front al-Nosra est revenu à Yarmouk, perturbant l'initiative de paix qui devait s'attaquer à la tragédie dans ce camp pris en otage", a ainsi affirmé le porte-parole du FPLP-CG, Anwar Raja.

Le porte-parole de l'UNRWA a de son côté affirmé sur Twitter : "Mauvaise nouvelles, il semble qu'il n'y ait pas eu de distribution de nourriture par l'UNRWA aujourd'hui dans le camp assiégé des réfugiés palestiniens de Yarmouk."

Depuis janvier, l'UNRWA a distribué plus de 7.500 colis alimentaires à Yarmouk, une aide qu'elle décrit comme étant "une goutte dans l'océan par rapport aux besoins croissants".

ser/feb/cbo

PLUS:hp