NOUVELLES

Sea Shepherd dénonce une nouvelle attaque des baleiniers japonais

02/03/2014 10:20 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Des militants de l'organisation écologique Sea Shepherd ont accusé lundi les baleiniers japonais d'avoir attaqué ses navires dans l'Antarctique et dénoncé les "promesses non tenues" du gouvernement australien de surveiller la campagne de pêche nippone.

Selon Sea Shepherd (Berger des mers), les navires harponneurs Yushin Maru et Yushin Maru 3 ont déroulé des câbles d'acier devant l'étrave de l'un de ses bateaux, le Bob Barker, à 11 reprises dimanche dans l'espoir d'endommager son hélice et son gouvernail.

Lorsque le Bob Parker a mis deux petites embarcations à l'eau pour tenter de sectionner les câbles, les marins japonais ont lancé une sorte de gaffe en bambou sur les militants écologistes.

Les heurts en haute mer sont fréquents entre Sea Sheperd et la flotte de baleiniers japonais.

En janvier 2010, l'Ady Gil de Sea Shepherd avait coulé à la suite d'une collision.

L'incident de dimanche est le troisième de la saison.

"A chaque fois que nous avons localisé le (navire-usine) Nisshin Maru, la flotte de Sea Shepherd a été attaquée par les baleiniers dans des opérations nocturnes", a affirmé la capitaine du Bob Barker, Peter Hammarstedt.

L'hélicoptère de l'organisation a repéré le Nisshin Maru tôt dimanche avec le cadavre d'une baleine de Mink sur son pont. "Des quartiers de viande de baleine ont aussi été photographiés ainsi que la tête d'une baleine récemment découpée", a-t-il ajouté.

Peter Hammarstedt a souligné avoir écrit une lettre au ministre australien de l'Environnement Greg Hunt en déplorant l'inaction de Canberra après plusieurs attaques.

Greg Hunt s'était engagé à envoyer un bâtiment gouvernemental pour escorter les écologistes mais a finalement opté pour un dispositif aérien.

Pour Sea Shepherd, l'Australie se "couche" devant Tokyo au moment où les deux pays négocient un traité de libre-échange.

Les services du ministre de l'Environnement ont assuré lundi avoir répondu à la lettre de Peter Hammarstedt et défendu le choix d'une surveillance aérienne.

"Pour des raisons opérationnelles, le recours à un avion a été considéré comme le moyen le plus efficace de surveiller l'océan Austral" car il couvre une zone plus vaste, a fait valoir un porte-parole du ministre.

La pêche commerciale de la baleine est interdite depuis 1994 dans le "Sanctuaire baleinier de l'océan Austral" mais le Japon profite d'une lacune dans le texte du moratoire international de 1986 pour revendiquer des prises à but scientifique.

Mais la chair des cétacés finit sur les étals nippons, ce dont le Japon ne se cache pas, invoquant une tradition culturelle ancestrale. Seules la Norvège et l'Islande continuent la chasse commerciale malgré le moratoire.

L'Australie a assigné le Japon devant la Cour Internationale de Justice à La Haye, plus haute instance judiciaire des Nations unies, qui doit statuer dans le courant de l'année.

mp/mfc/mtp/gab/fmp/abl

PLUS:hp