NOUVELLES

L'AIEA n'a trouvé aucun signe d'une diversion du programme nucléaire iranien (Rohani)

02/03/2014 07:15 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Malgré "des milliers d'heures" d'inspection, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'a trouvé aucun signe d'une diversion vers un but militaire du programme nucléaire civil de Téhéran, a affirmé dimanche le président iranien Hassan Rohani.

M. Rohani s'exprimait à la veille de la réunion du conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne. Les experts techniques d'Iran et des grandes puissance doivent également commencer leurs discussions sur un accord global concernant le programme nucléaire de Téhéran, soupçonné par Israël et les Occidentaux de cacher un volet militaire, ce que l'Iran nie farouchement.

Un premier accord, entré en application le 20 janvier pour six mois, a gelé certaines activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée partielle des sanctions occidentales.

Dans son dernier rapport, datant de février, l'AIEA affirme que Téhéran respecte cet accord, conclu en novembre 2013 à Genève.

"Ils (les Occidentaux, ndlr) savaient tous que la science nucléaire en Iran est uniquement pacifique (...). L'AIEA a mené des milliers d'heures d'inspections et a affirmé qu'il n'y avait aucun signe d'une diversion du programme nucléaire iranien vers un but militaire", a déclaré M. Rohani dans un discours retransmis par la télévision d'Etat.

"Les pays industrialisés veulent garder leur domination et leur puissance par la maîtrise de la technologie et la science (...) et leurs services de renseignements se sont permis d'assassiner nos scientifiques pour empêcher notre développement", a-t-il lancé.

Entre 2010 et 2012, quatre scientifiques iraniens ont été victimes d'attentats ou de disparitions inexpliquées, que Téhéran a imputés à Israël et aux puissances occidentales, accusés de chercher à freiner l'avancée du programme nucléaire.

M. Rohani a également défendu le programme balistique de Téhéran: "Les industries balistiques de l'Iran ont toujours été défensives et le sont aujourd'hui", a-t-il insisté.

Des responsables américains et occidentaux demandent que les discussions nucléaires portent également sur le programme balistique, ce que Téhéran refuse.

Samedi, M. Rohani avait assuré que l'Iran voulait "bâtir la confiance avec tout le monde, notamment avec ses voisins". Il avait dénoncé "les paroles inutiles" et les "mauvais calculs" de certains responsables, une allusion à son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, dont le double mandat avait été marqué par la confrontation avec les Occidentaux.

"Nous ne voulons agresser personne mais nous ne permettrons à personne de nous agresser et nous nous défendrons", avait-il toutefois assuré.

sgh/cyj/fcc

PLUS:hp