NOUVELLES

La Russie pourrait envoyer des soldats en Crimée (présidente du Sénat russe)

01/03/2014 07:13 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

La Russie pourrait envoyer des soldats en Crimée pour garantir la sécurité de la flotte russe de la mer Noire et des citoyens russes dans cette péninsule du sud de l'Ukraine, a estimé samedi la présidente du Sénat russe, Valentina Matvienko.

"Pour répondre à la demande du gouvernement de Crimée, il est même possible, en raison de la situation, d'envoyer un contingent limité (de troupes) pour garantir la sécurité de la flotte de la mer Noire et des citoyens russes qui vivent en Crimée", a déclaré Mme Matvienko, selon des images diffusées par la télévision russe.

"La décision revient évidemment au président de notre pays (Vladimir Poutine), qui est le chef des armées. Aujourd'hui, compte tenu de la situation, même une telle variante ne doit pas être exclue. Nous devons protéger nos citoyens", a ajouté Mme Matvienko à propos de ce territoire du sud de l'Ukraine où la majorité russophone s'oppose aux nouvelles autorités de Kiev.

De son côté, la chambre basse du Parlement russe (Douma) a demandé samedi à Vladimir Poutine de "protéger par tous les moyens" la population de Crimée "contre l'arbitraire et la violence".

"Les députés appellent le président à prendre des mesures pour stabiliser la situation et protéger par tous les moyens la population contre l'arbitraire et la violence en Crimée", a déclaré M. Sergueï Narychkine.

"Aujourd'hui, nous avons appris avec inquiétude qu'il y avait des tentatives de groupes armés de pénétrer dans différents lieux, en particulier des tentatives de prendre d'assaut le bâtiment du ministère régional de l'Intérieur de Crimée", a ajouté le président de la Douma.

"Il est clair que cela vise à déstabiliser le travail des autorités locales ainsi que la situation politique en Crimée", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, le nouveau Premier ministre de Crimée, Sergiï Aksionov, a appelé M. Poutine à aider à restaurer "la paix et le calme" dans la péninsule ukrainienne. Le Kremlin a fait savoir peu après que cette demande d'aide ne serait pas ignorée.

Le quartier du Parlement de Crimée semblait en état de siège samedi avec l'installation près de son entrée de deux mitrailleuses pointées vers l'extérieur et le déploiement de dizaines d'hommes en uniforme à ses abords, pour la première fois depuis le début des tensions dans ce territoire du sud de l'Ukraine dont les pro-russes prennent chaque jour un peu plus le contrôle.

bfi/nm/ml

PLUS:hp