NOUVELLES

GB: Le Labour vote en faveur de réformes pour réduire les liens avec les syndicats

01/03/2014 12:43 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Le parti travailliste britannique a voté samedi en faveur d'importantes réformes qui vont réduire ses liens historiques avec les syndicats mais risquent également de lui faire perdre des millions de livres.

Le dirigeant du parti d'opposition, Ed Miliband a salué les membres de son parti pour avoir eu "le courage de changer" après qu'ils eurent voté à 86% en faveur des réformes proposées sur l'élection du chef de parti et le financement apporté par les syndicats.

Selon la procédure actuelle, le chef du parti est élu par un collège dans lequel les députés et eurodéputés ont un tiers des voix, les syndicats un deuxième tiers et les membres du parti le troisième tiers.

A la place, Ed Miliband propose d'instaurer un système de vote individuel, dans lequel chaque membre du parti aura une seul voix.

Cet été, le leader du parti de centre-gauche avait déjà annoncé sa volonté de mettre fin au système en vertu duquel les membres des syndicats sont automatiquement affiliés au Labour, auquel ils versent une cotisation annuelle.

Le leader travailliste veut qu'à la place, les syndiqués choisissent explicitement d'adhérer ou pas et de contribuer au Labour. La réforme divise le parti, car elle est très risquée financièrement, à plus d'un an des élections générales.

Les syndicats ont participé à la création du Labour en 1900 et ont permis à Ed Miliband de battre son frère David en 2010 pour accéder à la tête du parti.

Ces changements pourraient représenter un manque à gagner de 8 millions de livres par an (9 millions d'euros), correspondant aux contributions de près de 3 millions de membres des syndicats, qui sont sa principale source de financement.

Le syndicat GMB (620.000 adhérents) a déjà annoncé qu'il allait réduire de 90% ses versements au Labour, privant le parti de plus d'1 million de livres.

Unite, le plus important syndicat, doit quant à lui discuter de ses versements la semaine prochaine.

"Nous devrions tous être fiers du parti travailliste qui a eu le courage de changer", a déclaré Ed Miliband.

L'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair, s'est également félicité de ces changements "attendus depuis longtemps".

mc/mr

PLUS:hp