NOUVELLES

Escroquerie à l'investissement: 19 personnes incarcérées en Espagne

01/03/2014 01:22 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Dix-neuf personnes arrêtées lors d'un vaste coup de filet contre un réseau international d'escroquerie à l'investissement opérant principalement en Espagne et au Royaume-Uni, ont été incarcérées en Espagne vendredi et samedi, a indiqué la justice espagnole.

Elles sont inculpées de blanchiment, d'escroquerie et d'association de malfaiteurs, selon l'Audience nationale espagnole.

Au total, 108 personnes ont été arrêtées, a affirmé samedi le ministère de l'Intérieur espagnol, dans cette opération annoncée vendredi par la police britannique qui avait fait état de 110 arrestations.

Selon le ministère de l'Intérieur espagnol, 75 Britanniques et trois Américains ont été arrêtés en Espagne, à Madrid, Barcelone et Marbella, 20 personnes au Royaume-Uni, huit en Serbie et deux aux Etats-Unis.

Au total, les malfaiteurs auraient soutiré jusqu'à 5,4 millions d'euros à leur victimes, selon un jugement de l'Audience nationale espagnole.

Rien qu'en 2012, "il y a eu plus de 5.000 victimes de cette escroquerie, généralement âgées entre 60 et 70 ans", affirme le ministère de l'Intérieur espagnol.

Rien qu'au Royaume-Uni, la police britannique a identifié 850 victimes, en majorité des retraités, qui ont perdu parfois jusqu'à 500.000 livres. Et les enquêteurs estiment qu'il ne s'agit là que de "la partie émergée de l'iceberg".

Les principales victimes sont des retraités britanniques qui avaient déjà investi sur les marchés, "un profil recherché pour sa meilleure culture de l'investissement", affirme un jugement de l'Audience nationale espagnole.

Ils étaient poussés à investir dans les crédits carbone, l'or ou les énergies renouvelables par le biais d'actions surévaluées ou factices, selon la police britannique.

La "City of London Police" britannique et la "Policia Nacional" espagnole ont enquêté pendant deux ans sur cette affaire dans laquelle des milliers de victimes, à qui on a fait miroiter des rendements financiers miraculeux, ont été lésées, selon cette source.

Le réseau était organisé en plusieurs groupes au sein de "boiler-rooms": les premiers élaboraient des vrais ou faux produits financiers, d'autres récupéraient les coordonnées des futures victimes, pendant que d'autres vendaient les produits avec des "techniques agressives de télémarketing", explique la justice espagnole.

L'argent était ensuite blanchi dans des territoires "dont la coopération policière ou judiciaire ne sont pas optimales comme l'Andorre, Chypre ou plus compliquées, comme Hong Kong, les îles Maurice ou Panama", ajoute cette source.

Lors des perquisitions, les policiers ont saisi des voitures et des montres de luxe et de l'argent liquide pour un montant de plus d'un demi-million de livres.

str-ib/gg

PLUS:hp