NOUVELLES

Crise en Ukraine: Ban Ki-moon appelle au calme immédiat et au dialogue

01/03/2014 02:14 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi au calme immédiat et au dialogue pour résoudre la crise en Ukraine, juste avant une nouvelle réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies sur ce sujet.

M. Ban est "profondément inquiet" de la situation en Ukraine et parlera par téléphone des derniers événements directement avec le président russe Vladimir Poutine, a déclaré à la presse le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Martin Nesirky.

"(M. Ban) appelle au rétablissement immédiat du calme et au dialogue direct entre toutes les parties pour résoudre la crise actuelle", a-t-il ajouté.

"Le secrétaire général veut parler au président Poutine pour lui exprimer ses inquiétudes. Mais aussi pour entendre directement du président Poutine son évaluation de la situation", a-t-il insisté.

Le Conseil de sécurité doit tenir de nouvelles consultations à huis clos samedi après-midi à New York sur la situation en Ukraine et en Crimée.

Cette réunion, la deuxième convoquée en urgence en deux jours sur ce dossier, devait rassembler à partir de 14H00 locales (19H00 GMT) les ambassadeurs des 15 pays du Conseil, à la demande du Royaume-Uni.

Après une réunion vendredi du Conseil, Ban Ki-moon avait ordonné à son émissaire Robert Serry, en visite à Kiev depuis plusieurs jours, de se rendre en Crimée pour tenter une médiation. Mais M. Serry a annoncé samedi qu'il annulait cette mission en Crimée en raison des tensions rendant impossible toute visite de la région.

Le recours à l'armée russe en Ukraine a été approuvé samedi à l'unanimité par le Conseil de la Fédération à Moscou, à la suite d'une demande en ce sens de Vladimir Poutine.

De leur côté, les Etats-Unis ont demandé à Moscou de retirer les renforts de troupes russes envoyés en Crimée et ont insisté sur le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

Selon un diplomate du Conseil, dans ces circonstances, il sera "extrêmement difficile de trouver une position commune" au sein du Conseil entre Occidentaux et Russes, et le Conseil pourrait ne pas publier de déclaration à l'issue de sa réunion.

avz/sam/chv

PLUS:hp