INTERNATIONAL

Venezuela : les étudiants dans la rue, malgré le Carnaval

28/02/2014 12:52 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT
JUAN BARRETO via Getty Images
Anti-government demonstrators protest in eastern Caracas on February 27, 2014. Dueling demos of pro- and anti-government protesters have been taking to the streets since February 4 in a sign of the deep polarization of this oil-rich but economically and social troubled country, where three weeks of demonstrations have left 14 people dead, posing the greatest challenge yet to Venezuelan President Nicolas Maduro's 11-month-old government. AFP PHOTO/ JUAN BARRETO (Photo credit should read JUAN BARRETO/AFP/Getty Images)

Le début d'un congé devant culminer avec les cérémonies entourant le premier anniversaire de la mort de l'ancien président Hugo Chavez, le 5 mars prochain, n'a pas empêché les Vénézuéliens de sortir à nouveau dans les rues jeudi, comme le souhaitait le gouvernement en place.

Des centaines d'étudiants sont descendus dans les rues de l'est de la capitale, Caracas, jeudi, pour réclamer la fin de la répression des manifestations et la libération des personnes arrêtées dans les dernières semaines. Le rassemblement s'est déroulé dans le calme, sauf lorsque les protestataires ont voulu se rendre sur une autoroute pour bloquer la circulation. Les policiers ont alors fait usage de gaz lacrymogènes.

À Valencia, à moins de 200 kilomètres de la capitale, des manifestants ont enflammé des barricades et ont affronté les forces policières.

Le président Nicolas Maduro a annoncé, plus tôt cette semaine, que la longue fin de semaine du Carnaval s'étendrait de jeudi à mardi prochain, soit deux jours de plus que prévu. Plusieurs observateurs ont estimé qu'il tentait ainsi de calmer la grogne qui s'élève de la population.

Le congé vise aussi à commémorer la révolte de 1989 contre le président Carlos Andres Perez, qui avait causé la mort de centaines de personnes.

Les organisateurs des manifestations de jeudi ont indiqué qu'ils tentaient ainsi de prouver au président qu'ils ne les rendraient pas silencieux de cette façon.

« Ils veulent nous démobiliser », a estimé le leader étudiant Juan Requesens. « Mais Maduro se trompe. Nous continuerons à marcher dans la rue, nous ne délaisserons pas notre combat pour la démocratie pour aller passer quelques jours à la plage. »

Nouveau mandat d'arrêt

La justice vénézuélienne a demandé jeudi l'arrestation d'un deuxième opposant au président Maduro.

Carlos Vecchio est recherché pour avoir incité les manifestants à la violence et s'être associé à des malfaiteurs, soit les mêmes accusations retenues contre Leopoldo Lopez, qui est emprisonné depuis le 18 février dernier après s'être livré aux autorités.

Les manifestions lancées par le mouvement étudiant et supportées par l'opposition, il y a trois semaines, dénoncent l'insécurité vécue au Venezuela, les pénuries fréquentes de produits de première nécessité et la répression policière.

Depuis le début de la contestation, 16 personnes ont été tuées. Les partisans du président Maduro ont également organisé des manifestations pour exprimer leur soutien envers le régime, fragilisé depuis la mort, le 5 mars 2013, d'Hugo Chavez.

Mercredi, l'opposition a signifié au président Maduro qu'elle ne comptait pas participer au « dialogue national » qu'il propose pour mettre un terme à la contestation.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des images des manifestations violentes au Venezuela