NOUVELLES

USA: 3.500 pages d'archives de Bill et Hillary Clinton mises en ligne

28/02/2014 01:37 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Environ 3.500 pages de documents de la présidence de Bill Clinton dans les années 1990 et du bureau de son épouse Hillary ont été rendues publiques vendredi par les Archives nationales américaines, suscitant le vif intérêt du monde politique.

Les adversaires du couple Clinton, et en particulier ceux qui craignent qu'Hillary Clinton ne se présente à l'élection présidentielle de 2016, devraient disséquer chaque note à la recherche de faits compromettants ou embarrassants, notamment relatifs aux scandales qui ont émaillé la présidence du démocrate.

Le comité national républicain (RNC) a commencé à diffuser certains passages extraits de ces documents, sans jusqu'à présent trouver de vraie pépite. Une organisation politique anti-démocrates et anti-Hillary Clinton, America Rising PAC, a annoncé sur Twitter qu'elle se trouvait dès vendredi à la Bibliothèque présidentielle Clinton dans l'Arkansas (sud) pour examiner ces volumineuses archives papier.

Hillary Clinton, en tant que Première dame, a joué un rôle politique important aux côtés de son mari, notamment lors d'une tentative ratée de réforme du système de santé.

Un document retranscrit par exemple une réunion de la Première dame au Capitole avec les chefs de file démocrates, à qui elle tente de vendre le projet de réforme que ses équipes ont élaboré, le 9 septembre 1993.

La séance de questions réponses fait écho au débat actuel sur "Obamacare", la réforme que Barack Obama a réussi à faire adopter en 2010, et qui rend obligatoire la souscription d'une assurance-maladie.

"C'est peut-être dur à entendre pour certains d'entre nous démocrates, mais on ne remportera pas le débat en parlant des non-assurés", assurait alors Hillary Clinton.

Quant à l'obligation d'assurance, proposée alors par certains républicains, "c'est politiquement et sur le fond beaucoup plus difficile à vendre", disait-elle.

De nombreux courriels, mémorandums et éléments de langage rédigés par les conseillers présidentiels ont aussi été rendus publics, illustrant les délibérations internes de l'administration Clinton, et le processus parfois trivial de rédaction des discours.

Une note datant de 2000 émanant des archives d'une plume du président, Paul Orzulak, établit ainsi la trame d'un discours sur la Chine. Pour la conclusion, le conseiller recommande de "trouver une métaphore appropriée sur la Grande muraille de Chine", et "d'avoir un passage dur sur des trucs du genre Falun Gong", le mouvement spirituel chinois interdit par Pékin.

En tout, environ 25.000 pages doivent être progressivement publiées sur internet par la Bibliothèque présidentielle Clinton, qui opère sous l'autorité des Archives nationales, selon le site Politico. Les documents sont accessibles à l'adresse suivante: http://www.clintonlibrary.gov/formerlywithhelddocuments.html.

Les présidents américains peuvent empêcher la publication de documents confidentiels pendant les 12 années suivant la fin de leur mandat.

A l'issue de cette période, les documents peuvent être déclassifiés sur demande dans le cadre de la loi dite Freedom of Information Act (FOIA), mais chacun doit être examiné individuellement, pour des raisons de sécurité nationale notamment. Les présidents peuvent également exercer leur "privilège exécutif" pour s'opposer à une déclassification, une décision contestable en justice.

ico/mdm

PLUS:hp