NOUVELLES

« Ce n'est pas le temps de glace de Daniel qui compte » - Brière

28/02/2014 02:23 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Si Daniel Brière est malheureux de son sort, s'il juge qu'il y a injustice, il ne le dit pas devant les micros.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Au lendemain d'une soirée où il a encore été utilisé sporadiquement, Brière a refusé de se plaindre de son sort, vendredi, à l'issue d'un entraînement optionnel auquel il était un des 11 participants.

Comme un vieux 45 tours usagé, l'histoire du temps d'utilisation du numéro 48 semble continuellement revenir dans les points de presse. C'est que jeudi, à Pittsburgh, il a été limité à 9 min 6 s, la 10e fois de la saison qu'il passait moins de 10 minutes sur la patinoire. La 4e fois dans les neuf dernières rencontres. Ses ailiers des deux premières périodes avaient pour noms Travis Moen et George Parros.

Malgré sa production de deux buts et une aide, Brière est resté au banc en prolongation. Michel Therrien a toutefois rappelé que Brière aurait été son troisième tireur en fusillade, mais les tirs de barrage ont pris fin après le troisième arrêt de Peter Budaj.

Tanné de discuter de son temps d'utilisation?

« Ça fait partie de la job, a mentionné le vétéran de 36 ans. En m'engageant avec le Canadien, je m'attendais à répondre à des questions. Je ne savais pas sur quoi ça allait tomber. De la façon que se déroule la saison pour moi, c'est ce à quoi je dois faire face. Je suis sûrement mieux préparé à y faire face aujourd'hui qu'à 25-26 ans. »

« Ce n'est pas une question de message à passer, a mentionné Therrien. C'est qu'on donne des rôles à des joueurs et on s'ajuste en cours de match. Daniel a été productif, il a joué en avantage numérique. On est très contents de sa production. »

On peut aussi se demander si sa petite taille ne le handicape pas. Trois autres attaquants de 1,75 m (5 pi 9 po) ou moins jouent régulièrement : Brian Gionta, Brendan Gallagher et David Desharnais.

Productif malgré tout

Malgré des circonstances pas toujours favorables, Brière est tout de même parvenu à amasser 21 points en 48 matchs jusqu'ici. Ses statistiques de productivité sont parmi les meilleures de l'équipe. Brière amasse en moyenne un point par 29 min 30 s qu'il passe sur la patinoire. Seuls Max Pacioretty (24:23), Alex Galchenyuk (28:06) et David Desharnais (28:39) mettent moins de temps à produire un point cette saison avec le CH.

« Quand tu te retrouves dans le quatrième trio, tu veux rester prêt et trouver une façon d'aider l'équipe. C'est bien quand tu as des chances comme hier qui se présentent, a ajouté Brière.

« Mais au bout du compte, ce n'est pas le temps de glace de Daniel qui est important, c'est de continuer à gagner des matchs. Oui, comme tout joueur, tu veux toujours jouer plus et avoir plus de responsabilités. Mais ce n'est pas ça l'important. »

Encore de l'humour

Même si le sujet abordé avec lui était délicat, Brière a trouvé le moyen de dérider son auditoire.

Questionné, à la blague, sur le fait qu'il avait permis à George Parros d'obtenir son premier point de la saison, le Gatinois a fait rigoler les collègues journalistes.

« C'était vraiment son premier point? Je ne le savais pas! C'est le fun pour lui. Je l'ai vu sur la glace pendant des buts, j'aurais cru qu'il avait déjà 2-3 passes. Je vais aller le féliciter! »

Bien des vétérans établis auraient pu se plaindre publiquement de leur sort. Daniel Brière n'empruntera visiblement pas cette voie.

PLUS:rc