Huffpost Canada Quebec

Élections provinciales: le PQ veut un seul débat des chefs

Publication: Mis à jour:
PAULINE MAROIS MICHAEL APPLEBAUM
CP

Pendant que les spéculations vont bon train quant au déclenchement imminent d'élections provinciales, le Parti québécois (PQ) espère la tenue d'un seul débat télévisé des chefs lors de la campagne électorale.

« Nous souhaitons que les grands réseaux se réunissent pour évaluer sérieusement cette suggestion. Cette formule est celle qui aurait la plus grande portée et permettrait à tous les Québécois, de toutes les régions, d'avoir le meilleur portrait des chefs et de la campagne », a déclaré le directeur général du PQ, Sylvain Tanguay.

Le parti au pouvoir estime que ce « débat, dont les modalités restent à évaluer et à négocier entre les diffuseurs d'une part, et avec les partis d'autre part, renouerait avec une grande tradition ».  

De plus, le PQ souhaite que tous les partis qui ont fait élire des députés participent à cet important rendez-vous télévisuel. « À la lumière des expériences précédentes, il nous apparaît normal que l'ensemble des formations politiques à l'Assemblée nationale soient représentées lors de ce débat national », a souligné Sylvain Tanguay.  

Le directeur général du PQ fait allusion à la dernière campagne électorale, celle de 2012, lors de laquelle Québec solidaire (QS) a dû faire pression pour prendre part à l'un des deux débats, celui organisé par Radio-Canada et Télé-Québec.

Pour sa part, TVA avait opté pour trois débats dans une formule « face-à-face », opposant Jean Charest, Pauline Marois et François Legault, et excluant la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

Campagne « entre parenthèses »

M. Tanguay soutient que son parti ne veut pas mettre la campagne « entre parenthèses » avec cette formule qui demanderait quatre jours de débats.

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, qui serait invitée aux face-à-face cette fois-ci, répond que les débats ne représentent pas une mise entre parenthèses de la campagne, puisqu'ils permettent à tous les chefs de rejoindre tous les électeurs en même temps. QS se dit d'ailleurs surpris de la demande du PQ. « Pour Québec solidaire, la population québécoise mérite la tenue de plusieurs débats », peut-on lire dans un communiqué, vendredi.

M. Tanguay affirme également que les débats diffusés par un groupe pourraient se retrouver en compétition avec des émissions à grande écoute du télédiffuseur concurrent, comme La Voix ou Tout le monde en parle.

Mme David a également rejeté cet argument. Elle a souligné que, à notre époque, les téléspectateurs peuvent écouter les débats et enregistrer leurs émissions favorites en même temps.

De l'arrogance, selon Couillard

Le chef libéral Philippe Couillard trouve « inacceptable » l'attitude du PQ, qui, selon lui, « cache ses véritables intentions aux Québécois ».

« Après avoir caché les vrais chiffres des finances publiques et son agenda séparatiste pour la prochaine campagne, Mme Marois bafoue la démocratie et se cache », a affirmé M. Couillard vendredi après-midi.

Il voit dans la sortie du PQ un « signe d'arrogance regrettable ».

« Contrairement au Parti québécois, nous n'avons aucunement peur de défendre nos idées, nos propositions et notre bilan sur plusieurs tribunes. Pourquoi Pauline Marois a-t-elle peur de venir me confronter en débat face à face? Leurs cachotteries et leur piètre bilan économique sont-ils trop difficiles à défendre? », a-t-il demandé.

Le Parti libéral soutient que de nombreux débats permettent à la population de faire un « choix démocratique éclairé ». 

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction