NOUVELLES

Chypre: une nouvelle loi sur les privatisations présentée au Parlement

28/02/2014 07:05 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Une nouvelle version de la loi sur les privatisations rejetée jeudi soir par le Parlement chypriote sera présentée aux députés vendredi, a annoncé le porte-parole du gouvernement.

Les Parlementaires ont rejeté jeudi soir cette loi controversée sur la privatisation des principaux services publics --télécoms, énergie et autorités portuaires-- faisant craindre une remise en cause du versement d'une nouvelle tranche d'un prêt international obtenu il y a un an par l'île méditerranéenne.

"La nouvelle loi présentée par le gouvernement aujourd'hui (vendredi) incorpore de nombreux amendements qui ont été discutés (avec les parlementaires) et agréés par le ministre des Finances, nous espérons donc un vote en sa faveur", a annoncé Christos Stylianides.

Le porte-parole a ajouté qu'il s'agissait de ne pas mettre en jeu la crédibilité de l'île face aux bailleurs internationaux.

Au bord de la faillite, Chypre avait décroché en mars 2013 un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros assorti de conditions draconiennes, dont la privatisation des principaux services publics.

Les nouveaux amendements protègent les droits des employés des entreprises à privatiser, a également assuré M. Stylianides.

La semaine a été marquée par des grèves des salariés des compagnies de l'électricité (EAC), des Télécoms (Cyta) et de l'Autorité des Ports.

Les syndicats avaient appelé à une grève de 24 heures jeudi dans les principaux ports de Chypre, Limassol et Larnaca.

Les employés d'EAC avaient également fait grève mercredi, entraînant des coupures de courant, ainsi que l'autorité des télécoms, qui a fermé lundi pour trois jours.

cc/cbo/faa

PLUS:hp