NOUVELLES

Arrivée à La Havane d'un des "Cinq" agents cubains emprisonnés aux Etats-Unis

28/02/2014 03:31 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Fernando Gonzalez, un des cinq agents des services de renseignement cubains condamnés aux Etats-Unis pour espionnage, est arrivé vendredi à Cuba après avoir purgé une peine de quinze ans de prison, a annoncé la télévision cubaine.

Le "Héros de la République de Cuba et combattant anti-terroriste" a été accueilli à l'aéroport de La Havane par le président cubain Raul Castro, en grand uniforme de général d'armée, qui lui a rendu un salut militaire puis donné une longue accolade à sa descente d'avion, selon les images diffusées par la télévision.

"C'est un honneur pour moi et un geste que je remercie, que le camarade général d'armée Raul ait pris la peine de venir jusqu'ici pour nous recevoir", a affirmé Fernando Gonzalez dans ses premières déclarations à la presse.

L'ex-prisonnier a affirmé ressentir une "joie immense", mais "difficile à décrire", de se trouver à Cuba réuni avec sa famille et réaffirmé son intention de "tout donner pour la libération de mes frères", les trois autres agents qui restent emprisonnés aux Etats-Unis.

Condamné à 17 ans et neuf mois de prison, Fernando Gonzalez, libéré jeudi du centre de détention de Safford (Arizona), est le deuxième des "Cinq" qui recouvre la liberté. René Gonzalez (sans lien de parenté), après une peine de quinze ans de prison, avait regagné Cuba en mars 2013.

Célébrés à Cuba comme des "héros de la lutte anti-terroriste", les "Cinq" avaient été arrêtés en septembre 1998 et condamnés trois ans plus tard pour espionnage par un tribunal de Miami, en Floride, bastion de l'anti-castrisme.

Les trois autres sont Gerardo Hernandez, condamné à deux peines à perpétuité et quinze ans de prison, Ramon Labañino, condamné à 30 ans de prison et Antonio Guerrero, qui purge une peine de 21 ans et dix mois.

Les autorités cubaines ont toujours admis que les cinq hommes étaient des agents de ses services de renseignement, mais rejettent l'accusation d'espionnage. Selon La Havane, les cinq hommes avaient infiltré les milieux anti-castristes de Floride pour prévenir des actes de terrorisme contre Cuba.

rd-jhd/bap

PLUS:hp