NOUVELLES

Ukraine: préoccupation internationale, l'OTAN exhorte Moscou à éviter "l'escalade"

27/02/2014 08:32 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Face à l'accélération des évènements en Ukraine avec les tensions de plus en plus vives en Crimée, où est stationnée la flotte russe, Varsovie et Londres ont exprimé jeudi leur "grande préoccupation" tandis que l'OTAN exhortait Moscou à éviter toute escalade.

La Russie a de son côté assuré qu'elle respectait les accords signés avec l'Ukraine sur la flotte russe de la mer Noire en Crimée.

Plusieurs dizaines d'hommes armés ont pris tôt jeudi le contrôle du siège du gouvernement et du parlement de Crimée à Simféropol, sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe.

"Dans la difficile situation actuelle, la flotte russe de la mer Noire applique strictement les accords en question", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères.

La Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, héberge la flotte russe de la mer Noire dans ses quartiers historiques, la ville portuaire de Sébastopol.

A Varsovie, le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski a lancé une mise en garde contre "un jeu très dangereux" en Crimée.

"Nous suivons le cours des événements en Crimée avec une grande attention et une grande préoccupation. Des hommes armés ont occupé des bâtiments du gouvernement à Simféropol. C'est une action radicale", a-t-il déclaré, soulignant que "c'est de cette manière que commencent des conflits régionaux".

Son homologue lituanien, Linas Linkevicius, qui est arrivé à Kiev jeudi pour rencontrer le nouveau gouvernement, a qualifié de "provocation" ces évènements, estimant que la Russie dont le drapeau a été hissé sur les bâtiments officiels de Simféropol devrait également réagir.

La Pologne, voisin immédiat de l'Ukraine, suit avec une inquiétude particulière, la situation dans ce pays.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a appelé à "une pression très solidaire de toute la communauté internationale pour défendre l'intégrité territoriale ukrainienne".

" L'attitude de la Russie face à cette question clef de l'intégrité ukrainienne sera un test de ses véritables intentions", a insisté M. Tusk.

La Russie a annoncé mercredi avoir "mis en alerte" certaines de ses troupes, dont celles le long de sa frontière commune avec l'Ukraine.

Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a mis en garde jeudi la flotte russe de la mer Noire : "tout mouvement de troupe armé sera considéré comme une agression militaire", a-t-il dit.

A Londres, le ministère britannique des Affaires étrangères s'est dit également "très préoccupé" par la situation en Crimée, jugeant que les mouvements militaires russes "n'aident pas" à "un moment où toutes les parties (..) devraient travailler à désamorcer les tensions".

Soulignant que "l'instabilité en Ukraine n'est dans l'intérêt de personne", le Foreign Office a appelé "toutes les parties, à l'intérieur ou à l'extérieur d'Ukraine, à pratiquer la retenue et à éviter des actions ou une rhétorique qui pourraient enflammer un peu plus les tensions ou affecter la souveraineté de l'Ukraine de quelque façon que ce soit".

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a s'est déclaré "inquiet des évolutions en Crimée". "J'exhorte la Russie à ne rien entreprendre qui puisse provoquer une escalade de la tension ou causer des malentendus", a déclaré M. Rasmussen au second jour d'une réunion des ministres de la Défense de l'alliance à Bruxelles.

Une Ukraine "souveraine, indépendante et stable" et "fermement engagée en faveur de la démocratie" constitue un "élément clé" de la sécurité dans la zone euro-atlantique, avaient affirmé mercredi les ministres de la Défense de l'Otan.

L'Otan a signé en 1997 un partenariat avec l'Ukraine, qui participe notamment à la mission ISAF de l'alliance en Afghanistan.

Washington, le plus puissant membre de l'Alliance atlantique, a averti mercredi la Russie que toute intervention militaire serait une "grave erreur".

bur-ea/sw/ih

PLUS:hp