NOUVELLES

Ukraine: Londres juge les mouvements militaires russes "n'aident pas"

27/02/2014 06:22 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Le ministère britannique des Affaires étrangères s'est dit jeudi "très préoccupé" par la situation en Crimée et a jugé que les mouvements militaires russes "n'aident pas" à "un moment où toutes les parties (..) devraient travailler à désamorcer les tensions".

"Nous avons noté l'annonce par le ministre russe de la Défense de la tenue d'exercices militaires dans les districts militaires de l'ouest et du centre de la Russie", a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Nous ne voyons pas cela comme une action utile à un moment où toutes les parties, quelles soient nationales ou internationales, devraient travailler à désamorcer les tensions", a-t-il ajouté.

"L'instabilité en Ukraine n'est dans l'intérêt de personne", a-t-il encore estimé.

La Russie a annoncé mercredi avoir "mis en alerte" certaines de ses troupes, dont celles le long de sa frontière commune avec l'Ukraine. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a prévenu Moscou que toute intervention militaire "serait une grave erreur".

La Russie a également décidé de renforcer la protection de sa flotte de la mer Noire --basée en Crimée-- et a ordonné une inspection surprise des troupes des districts militaires de l'Ouest, non loin de l'Ukraine, et du Centre, pour vérifier leur aptitude au combat. L'opération, qui mobilisera 150.000 hommes, durera jusqu'au 3 mars.

"Nous sommes très préoccupés par la situation en Crimée (...) et suivons de près la situation", a également indiqué le ministère britannique.

Plusieurs dizaines d'hommes armés se sont emparés jeudi du siège du parlement et du gouvernement en Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, sur lesquels flotte le drapeau russe, alors qu'à Kiev, le Parlement devait confirmer le nouveau gouvernement.

"Nous appelons toutes les parties, à l'intérieur ou à l'extérieur d'Ukraine, à pratiquer la retenue et à éviter des actions ou une rhétorique qui pourraient enflammer un peu plus les tensions ou affecter la souveraineté de l'Ukraine de quelque façon que ce soit", a appelé de ses voeux le Foreign Office.

Il précise également que le ministre des Affaires étrangères William Hague et son homologue russe Sergueï Lavrov se sont entendus lundi sur le principe que "c'était au peuple d'Ukraine de choisir son propre avenir, de garantir sa souveraineté et son intégrité territoriale".

mc/dh/jh

PLUS:hp