NOUVELLES

Ukraine: des hommes armés s'emparent de l'aéroport de Simferopol en Crimée (agence)

27/02/2014 08:39 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Des hommes armés non identifiés se sont emparés dans la nuit de jeudi à vendredi de l'aéroport de Simferopol en Crimée, république autonome d'Ukraine, selon l'agence Interfax, quelques heures après qu'un commando pro-russe a pris possession du parlement local.

Une cinquantaine d'hommes armés, en uniforme non identifié, se sont emparés dans la nuit de l'aéroport, devant lequel une foule brandissant des drapeaux de la flotte russe de la mer Noire s'est ensuite rassemblée, d'après l'agence Interfax-Ukraine.

Ces hommes sont arrivés à l'aéroport à bord de trois camions dépourvus de toute plaque d'immatriculation, selon des témoins cités par Interfax.

Ils contrôlaient toujours l'aéroport vendredi à 01H50 GMT, selon un témoin interrogé par une journaliste de l'AFP.

Jeudi matin, un commando pro-russe avait pris possession du parlement et du gouvernement local de Simferopol. Ils ont hissé le drapeau russe sur la façade du Parlement.

Quelques heures plus tard, le Parlement réuni à huis clos dans ce bâtiment avait voté la tenue le 25 mai d'un référendum pour plus d'autonomie, limogeant le gouvernement local.

La Crimée, dans le sud de l'Ukraine, où est basée la flotte russe de la mer Noire, est en proie à des tensions séparatistes.

Peuplée majoritairement de russophones, la Crimée est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev, après la destitution du président Viktor Ianoukovitch, à l'issue d'un mouvement de contestation de trois mois, réprimé dans le sang.

Elle a d'abord appartenu, au sein de l'URSS, à la Russie, avant d'être rattachée à l'Ukraine en 1954.

L'action du commando pro-russe qui s'était emparé des bâtiments officiels avait été qualifiée de "dangereuse et irresponsable" par le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, qui s'est déclaré "extrêmement inquiet des évolutions les plus récentes en Crimée", exhortant la Russie à éviter "toute action pouvant provoquer une escalade" dans la crise ukrainienne.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a affirmé que la Russie s'était engagée à "respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine" au cours d'une conversation téléphonique jeudi matin avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Lors de ce même entretien, Moscou a également assuré ne pas être derrière les troubles en Crimée, a rapporté M. Kerry.

Le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a annoncé jeudi la mise en alerte de l'ensemble de la police et des forces spéciales afin d'éviter "un bain de sang parmi la population civile" et "l'évolution de la situation en affrontements armés".

A Kiev, le président par intérim Olexandre Tourtchinov a mis jeudi en garde Moscou contre la tentation de faire intervenir sa flotte basée à Sébastopol, en Crimée. "Je m'adresse aux dirigeants militaires de la flotte de la mer Noire: tous les militaires doivent rester sur le territoire prévu par les accords. Tout mouvement de troupe armé sera considéré comme une agression militaire", a-t-il déclaré.

La Russie a répliqué jeudi qu'elle respectait les accords signés avec l'Ukraine. "Actuellement, toutes les divisions et unités assurent leur activité quotidienne, y compris ce qui est lié à la préparation au combat. Ces actes ne présentent aucune menace. Il n'y a aucune limitation juridique à cela", a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

del-thm/mf

PLUS:hp