NOUVELLES

Nigeria: deux tués dont un enfant dans un nouvel assaut de Boko Haram (témoins)

27/02/2014 06:24 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Des hommes armés soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram ont attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi une ville du nord-est du Nigeria, tuant un garde et un enfant, et rasant la quasi-totalité des commerces et de nombreux bâtiments publics, ont indiqué des témoins à l'AFP.

D'après des habitants de la localité de Michika, dans l'état d'Adamawa, la population s'est enfuie en direction des collines environnantes lorsque les assaillants, vêtus d'uniformes de l'armée, ont attaqué la ville à bord de 4X4 et de motos.

Les miliciens de Boko Haram se sont déjà déguisés plusieurs fois en militaires lors de leurs nombreuses attaques dans cette région du pays, où leur insurrection a fait des milliers de morts depuis quatre ans.

Les miliciens sont arrivés vers 21h30 (20H30 GMT) mercredi, "armés de lances-roquettes de type RPG et d'explosifs qu'ils ont lancés contre des édifices publics et des maisons, sans discrimination", selon un habitant de la ville, Abdul Kassim.

L'attaque aurait duré plus de quatre heures.

Un enfant qui tentait de fuir a été tué et un gardien de sécurité a trouvé la mort pendant que des insurgés tentaient de forcer l'entrée d'une banque de la ville, selon le récit de ce témoin, corroboré par d'autres.

L'armée déployée dans l'état d'Adamawa --un des trois Etats du nord-est du Nigeria où l'état d'urgence a été instauré en mai dernier, à la suite d'une série d'attaques de Boko Haram -- s'est abstenue de commenter l'assaut.

L'état-major de cet Etat a ordonné la fermeture totale de la frontière avec le Cameroun dans l'espoir de contenir le mouvement des insurgés et le trafic d'armes.

L'offensive anti-insurrectionnelle lancée au printemps 2013, ordonnée par le président nigérian Goodluck Jonathan, n'a pas réussi jusqu'à présent à mettre fin aux assauts des insurgés qui ont déjà fait quelque 300 morts depuis le début de cette année.

Mardi, 43 personnes, en majorité des écoliers, ont trouvé la mort dans l'attaque contre une école secondaire dans l'état de Yobe, dans cette même région du nord-est.

Les habitants de Michika ont indiqué penser que les assaillants venaient de l'état de Borno, bastion de Boko Haram, et non du Cameroun voisin.

Selon divers témoignages, les assaillants ont pris d'assaut quatre banques, des centaines de commerces, un poste de police, des bâtiments publics et des dizaines de maisons.

Un témoin, qui a requis l'anonymat, a affirmé que la ville ressemblait à une "zone de guerre" après l'assaut qui a détruit la quasi-totalité des commerces de Michika.

abu-bs/phz/hm/de

PLUS:hp