NOUVELLES

Equateur: un opposant condamné à trois ans de prison pour rébellion contre Correa

27/02/2014 05:58 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Un tribunal équatorien a condamné à trois ans de prison un opposant et militaire à la retraite pour sa responsabilité dans une rébellion des forces de l'ordre en 2010 contre le président Rafael Correa, a annoncé jeudi l'avocat du prévenu.

Major de l'armée à la retraite au moment des faits, Fidel Araujo, ex-membre du parti d'opposition Société démocratique, a été reconnu coupable d'avoir incité des agents à se soulever à la suite d'une réforme de leurs conditions de travail.

"Il a été décidé une condamnation de trois ans de prison, et la défense fera appel", a déclaré à l'AFP l'avocat Reinaldo Zambrano, dont le client avait été mis hors de cause en 2011 avant que la justice ne décide de rouvrir cette affaire.

Les faits remontent au 30 septembre 2010, lorsque des milliers de policiers s'étaient soulevés à la suite d'une réforme de leurs conditions de travail, retenant dans un hôpital le président Correa, qui était venu se faire soigner après avoir été exposé à des gaz lacrymogènes. Des centaines de policiers avaient également assiégé le Congrès et occupé l'aéroport.

La rébellion s'était étendue à d'autres villes, notamment le port de Guayaquil, deuxième ville du pays, et s'était soldée par dix morts et plus de 200 blessés.

Figure de la gauche latino-américaine, M. Correa, au pouvoir depuis 2007 et réélu l'an dernier pour un mandat de quatre ans, avait affirmé que cette rébellion avait été organisée par l'opposition et des policiers corrompus dans le but de le renverser voire de l'assassiner.

Après une mission en Equateur en janvier 2012, le sous-secrétaire général des Nations unies aux Affaires politiques, Oscar Fernandez, avait reconnu que cette rébellion avait constitué une "tentative de déstabilisation politique".

Une quarantaine de personnes ont déjà été condamnées pour leur participation présumée à cette mutinerie et sept policiers sont actuellement poursuivis pour tentative d'assassinat du chef de l'Etat.

vel/pz/bap

PLUS:hp