NOUVELLES

Dix jours qui ont bouleversé l'Ukraine

27/02/2014 05:32 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Principaux événements depuis dix jours en Ukraine.

- 18 FEVRIER: 20.000 manifestants à Kiev, affrontements près du Parlement. Assaut des forces antiémeutes Berkout pour évacuer les milliers de contestataires du Maïdan, la place de l'Indépendance occupée depuis trois mois.

- 20: Des centaines de manifestants radicaux reprennent Maïdan, les forces de l'ordre tirent à balles réelles. Bilan officiel: 82 morts en trois jours dont une quinzaine de policiers.

- 21: Accord de sortie de crise entre le président Viktor Ianoukovitch et l'opposition sous pression des chefs de la diplomatie français, allemand et polonais. Les manifestants continuent d'exiger la démission du président.

- 22: Le Parlement destitue M. Ianoukovitch et fixe une élection présidentielle anticipée le 25 mai. M. Ianoukovitch a quitté Kiev.

A Maïdan, l'ancienne Premier ministre pro-occidentale Ioulia Timochenko, libérée après un vote du Parlement alors qu'elle était détenue pour abus de pouvoir, salue devant 50.000 personnes "les héros de l'Ukraine".

- 23: Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov est élu président par intérim. Mme Timochenko déclare ne pas briguer le poste de Premier ministre.

Washington, Paris, Berlin et Moscou appellent à respecter l'unité territoriale du pays. La Russie rappelle à Moscou son ambassadeur en Ukraine.

- 24: L'Ukraine, au bord de la faillite, estime avoir besoin de 35 milliards de dollars en 2014-2015. Mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" contre M. Ianoukovitch.

La Russie conteste la légitimité du nouveau pouvoir et dénonce ses "méthodes dictatoriales".

- 25: Pour Moscou, l'Ukraine ne doit pas être obligée de choisir entre la Russie et l'Occident.

L'ex-champion de boxe et codirigeant de la contestation Vitali Klitschko est candidat à l'élection présidentielle, comme le gouverneur pro-russe de la région de Kharkiv (est), Mikhaïlo Dobkine.

Le Parlement demande à la Cour pénale internationale (CPI) de poursuivre M. Ianoukovitch pour "crimes contre l'humanité".

- 26: La Russie annonce avoir "mis en alerte" certaines de ses troupes, dont celles le long de sa frontière commune avec l'Ukraine.

En Crimée, république autonome et russophone du sud de l'Ukraine, heurts entre militants pro-russes et anti-russes à Simféropol, capitale de cette république.

Dissolution des forces antiémeutes Berkout.

Présentation à Maïdan d'un gouvernement intérimaire dirigé par le pro-européen Arseni Iatseniouk et rassemblant plusieurs personnalités issues du mouvement de contestation.

- 27: A Simféropol, des hommes armés s'emparent du siège du Parlement et du gouvernement locaux, sur lesquels ils hissent le drapeau russe.

Olexandre Tourtchinov met en garde la flotte russe de la mer Noire contre toute "agression militaire".

L'Otan exhorte Moscou à éviter "toute action pouvant provoquer une escalade".

M. Ianoukovitch affirme dans un communiqué aux agences russes qu'il se considère toujours comme le président ukrainien. Il réclame et obtient de la Russie la garantie de sa sécurité.

Le Parlement désigne à l'unanimité Arseni Iatseniouk comme Premier ministre du gouvernement de transition.

En Crimée, le Parlement local, toujours sous le contrôle du commando pro-russe, vote à huis clos la tenue le 25 mai d'un référendum pour plus d'autonomie et limoge le gouvernement.

M. Ianoukovitch tiendra une conférence de presse vendredi dans la ville russe de Rostov-sur-le Don, proche de la frontière ukrainienne (agences de presse russes).

fm-kd/plh

PLUS:hp