DIVERTISSEMENT

Rendez-vous du cinéma québécois: Chloé Robichaud remporte le Prix Gilles-Carle

27/02/2014 09:47 EST | Actualisé 27/02/2014 09:48 EST
Agence QMI

La jeune réalisatrice Chloé Robichaud a mis la main, mercredi, sur le Prix Gilles-Carle, décerné au cinéaste d’un premier ou deuxième long-métrage de fiction, et remis dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ) depuis 2010.

Le jury, formé du réalisateur et scénariste Ian Lauzon, de l’actrice Sylvie Moreau et de l’artiste multidisciplinaire Manuel Moutier, membre du comité de sélection du Festival de Cannes, a tenu à reconnaître le travail de Robichaud pour son film Sarah préfère la course.

«Pour une première œuvre écrite et réalisée avec une assurance incontestable, a souligné le panel de juges. Le film témoigne d’une grande maîtrise du plan et de la mise en scène. Il aborde aussi un sujet difficile, soit la confusion existentielle d’une certaine jeunesse. Cette confusion passe par la représentation toute en nuance de l’ambiguïté sexuelle du personnage qui, ultimement, préfère la fuite en avant aux impasses relationnelles. Une tragédie sans pathos dont la retenue angoissée se fissure au finish

La distinction, présentée par Bell, est assortie d’une bourse de 5000$. Chloé Robichaud avait la voix pleine d’émotion et retenait ses larmes lorsqu’est venu le temps de remercier ses pairs, mercredi matin, lors de la remise des prix aux lauréats des 32e RVCQ, qui s’achèveront ce samedi. Son discours a été très bref.

«Le Prix Gilles-Carle est très prestigieux, il porte le nom d’un cinéaste que j’admire, a expliqué la jeune femme, une fois descendue de scène. Pour moi, c’est un honneur. Ce n’est pas facile, avoir ce prix-là, et ça m’encourage pour la suite. J’ai vraiment été prise d’émotion quand j’ai réalisé que je le gagnais.»

«On ne fait pas des films pour les récompenses, mais de recevoir un prix chez soi, à la maison, octroyé par des gens de l’industrie, dans le cadre des RVCQ, ça fait vraiment plaisir, a poursuivi la jeune femme. D’autant plus que les Rendez-vous ont toujours été importants pour moi. J’y viens à chaque année. J’ai même déjà travaillé au festival, je réalisais des capsules vidéo lorsque j’étais aux études et que je commençais. Pour moi, les RVCQ, c’est une famille.»

Les Jutra, une déception

Ce coup de chapeau tombe d’ailleurs à point pour la créatrice, qui a encaissé un petit choc, il y a quelques semaines, en apprenant que Sarah préfère la course n’avait obtenu aucune nomination en vue de la 16e Soirée des Jutra. L’absence de l’œuvre dans la liste des finalistes en a surpris plus d’un, d’autant plus que Sarah préfère la course avait fait très bonne figure au Festival de Cannes, où il avait été sélectionné dans la section Un certain regard, en 2013.

«Il va toujours y avoir une déception par rapport aux Jutra, a admis Chloé. Je ne la nierai jamais, mais je mets ça derrière moi, et je me concentre sur ce que j’ai à faire, c'est-à-dire, des films. On espère toujours, et je n’espérais pas tant pour moi, mais plus pour les gens de l’équipe de Sarah préfère la course. Ça m’aurait fait plaisir de les voir nommés. Mais, comme je dis, c’est derrière nous.»

«Ceci dit, je prends ce qu’on me donne, a-t-elle ajouté en souriant, en faisant référence au Prix Gilles-Carle. Ça fait franchement plaisir.»

Chloé Robichaud a mentionné qu’elle ne sera pas présente à la Soirée des Jutra, le 23 mars prochain, car elle sera en pleine pré-production de sa web-série Féminin/Féminin, actuellement en développement. Le premier épisode, mis en ligne en janvier au www.lezspreadtheword.com, a déjà été visionné 90 000 fois, et Robichaud et ses troupes sont actuellement à la recherche de partenaires financiers pour finaliser le projet. Si tout va bien, les sept autres capsules, d’une durée d’environ 12 minutes, seront tournées en avril et dévoilées en juin.

Sinon, Chloé Robichaud écrit présentement son prochain long-métrage, qu’elle aimerait filmer dans un avenir «à court terme». Elle se dit aussi ouverte à l’idée de réaliser d’autres vidéoclips, elle qui a signé celui de la chanson Le rendez-vous, de Valérie Carpentier, gagnante de la première mouture de La voix.

Les autres gagnants

La remise des prix de la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois, mercredi, a fait d’autres heureux, alors qu’on a honoré des vainqueurs dans huit catégories.

Aux côtés de Chloé Robichaud, Éric Morin a obtenu une mention spéciale, à défaut de recevoir le Prix Gilles-Carle, pour «l’ambition de la structure, le ludisme de la forme et la charge du propos» de son film Chasse au Godard d’Abbittibbi.

Le Prix Pierre et Yolande Perrault, octroyé au cinéaste d’un premier ou deuxième documentaire, est allé à Cédric Houin Varial pour Wakhan, tandis que Paul Tom a récolté une mention spéciale sous cette même bannière.

Olivier Godin pour Full love, Monia Chokri pour le court-métrage Quelqu’un d’extraordinaire, Félix Lajeunesse et Paul Raphaël pour The sparkling river, Geneviève Dulude-Decelles pour La coupe, Ara Ball pour L’ouragan fuck you tabarnak!, Mélanie Léger pour Emma fait son cinéma, Pier-Philippe Chevigny pour Tala et Nicolas Ménard pour Somewhere, ont tous été salués.

Enfin, l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC) a profité de cette courte cérémonie pour remettre au réalisateur François Delisle et son long-métrage Le météore, le Prix Luc Perrreault/La Presse du meilleur film québécois, accompagné d’une bourse de 2000$.

Pour plus d’informations sur les prix et les gagnants, on consulte le www.rvcq.com ou le www.quebeccinema.ca.

EN IMAGES:

Rendez-vous du cinéma

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?