NOUVELLES

Venezuela: Maduro ouvre un "dialogue national", la rue mobilisée

26/02/2014 09:38 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Confronté à trois semaines de protestations contre sa gestion et de manifestations étudiantes émaillées de violences, le président du Venezuela Nicolas Maduro a ouvert mercredi soir un "dialogue national" dont le grand absent est le chef de file de l'opposition, Henrique Capriles.

A l'ouverture de la réunion convoquée au palais présidentiel de Miraflores, M. Maduro a lancé un avertissement contre une escalade de la violence et appelé une nouvelle fois toutes les parties à dialoguer.

Il a également dénoncé l'absence de représentants de l'opposition autour de la table, aux côtés de délégués de l'Église, du patronat, d'intellectuels, de journalistes, de députés et de gouverneurs de province.

En prélude à la réunion, pouvoir et opposition ont mobilisé dans la rue, notamment à Caracas.

Alors que quelque milliers de manifestants, en majorité des femmes, ont marché sur une caserne de la Garde nationale, demandant de "désobéir aux Cubains, une armée d'invasion qui donnent les ordres", une foule de paysans "chavistes" s'est rassemblée devant le palais présidentiel de Miraflores pour assister à un discours du président Nicolas Maduro, vêtu d'un chemise sable et d'un chapeau de paille.

La coalition d'opposition de la Table de l'unité démocratique (MUD) a indiqué au cours de l'après-midi dans un courrier signé de son secrétaire exécutif, Ramon Aveledo, qu'elle ne participerait pas à "un simulacre de dialogue".

Les modalités de cette conférence "pour la paix", à laquelle "tous les courants sociaux, politiques, corporatistes, religieux" ont été invités, n'ont jamais été précisées par l'héritier politique d'Hugo Chavez, élu il y a 11 mois.

"Je ne ferai pas partie de la clique, ce que nous voulons c'est avancer (...) Le gouvernement parle de dialogue, parle de paix, mais il ne doit pas s'agir d'un appel dans le vide, (...) d'aller au palais de Miraflores pour se faire prendre en photo", avait déclaré plus tôt sur une radio locale Henrique Capriles, battu d'un cheveu par M. Maduro à l'élection présidentielle d'avril 2013, évoquant "une farce".

Le patronat, très critique envers le gouvernement, et l'épiscopat avaient confirmé leur participation. En revanche, les dirigeants étudiants et les recteurs des universités ne semblaient pas avoir été invités, selon des informations recueillies par l'AFP.

- 'Ils nous excluent' -

Dans la manifestation des opposants à Caracas, Yali Rodriguez, enseignante de 40 ans vêtue de blanc et bracelet noir en signe de deuil au poignet, a expliqué à l'AFP: "Nous ne voulons pas de ce dialogue alors qu'ils (le pouvoir) nous traitent de fascistes, qu'ils nous excluent".

Mardi, de nouvelles barricades et des heurts entre jeunes gens masqués et forces de l'ordre ont été signalés par les autorités dans certaines villes des Etats d'Aragua (centre), de Zulia et de Tachira (ouest). C'est à San Cristobal, capitale du Tachira et berceau du mouvement, que les heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont été les plus fréquents.

Le bilan des violences survenues depuis le début du mouvement est de 14 morts, dont au moins huit par balle, et de 140 blessés. Le ministère public a ouvert une douzaine d'enquêtes sur des cas d'abus présumés, et a écroué 14 militaires, policiers et agents des services de renseignements.

Cinq d'entre eux sont poursuivis pour la mort de deux manifestants le 12 février à Caracas (un étudiant et un sympathisant du pouvoir), a indiqué mercredi le ministère public.

- Appel du Pape -

Mercredi à Rome, le pape François a lancé un appel aux responsables politiques et au peuple vénézuélien, très majoritairement catholique, pour que "le pardon réciproque et un dialogue sincère" l'emportent.

De son côté, l'OEA (Organisation des États américains) a programmé jeudi une session extraordinaire de son Conseil permanent afin d'étudier une proposition panaméenne visant à convoquer un sommet ministériel régional sur le Venezuela.

Soutenu par une partie de l'opposition, le mouvement étudiant était initialement focalisé sur l'insécurité, critique dans cet État pétrolier, avant d'étendre ses revendications aux thèmes de la crise économique, des fréquentes pénuries de produits de première nécessité et de la répression policière.

Les étudiants protestataires réclament aussi la libération des personnes arrêtées en marge des violences. A partir du 12 février, quand a eu lieu la première mobilisation d'importance, des incidents ont commencé à survenir en fin de marches, impliquant des jeunes gens masqués s'en prenant aux bâtiments publics et aux forces de l'ordre, qui ont de leur côté répondu de façon parfois très violente.

Dans le même temps, des groupes de civils armés non-identifiés ont plusieurs fois attaqué des manifestants d'opposition.

Cette grogne a mobilisé un maximum de 50.000 personnes samedi à l'appel d'Henrique Capriles, alors que le pays compte officiellement 2,6 millions d'étudiants.

bur-mb/ag/hdz/mf/abl

PLUS:hp