NOUVELLES

Malades: appeler le prêtre, ce n'est pas faire venir les pompes funèbres (pape François)

26/02/2014 09:37 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Le pape François a recommandé mercredi aux catholiques d'appeler plus souvent le prêtre pour qu'il donne le sacrement des malades, en relevant que sa venue n'annonce pas l'arrivée des pompes funèbres et ne nécessite pas d'être mourant.

"On a un peu en tête l'idée que quand un prêtre arrive chez un malade, après lui, ce sont les pompes funèbres qui sont sur ses talons. Mais ce n'est pas vrai. Le prêtre vient pour aider la personne, parce que c'est important, cette visite, c'est Jésus qui arrive pour donner l'espérance", a estimé Jorge Mario Bergoglio.

Le pape a invité les familles à faire appel au prêtre, y compris quand le malade n'est pas dans un état grave.

François poursuivait lors de l'audience générale hebdomadaire, devant 30.000 personnes, une catéchèse qu'il donne toutes les semaines pour expliquer au grand public, dans des mots compréhensibles, les sacrements chrétiens (baptême, communion, confirmation, confession, ordination, mariage, sacrements des malades).

Il a évoqué mercredi le moins connu d'entre eux et le plus tabou: le sacrement des malades, appelée jadis "l'extrême onction", précisément parce qu'elle était donnée aux malades dans leurs dernières heures.

Après l'audience, il a salué longuement les fidèles, parmi lesquelles une large délégation de la congrégation des Légionnaires du Christ, qui viennent de terminer leurs assises générales.

Il a aussi salué les personnes handicapées par des maladies dites rares, à deux jours de la VIIe Journée mondiale pour ces malades ("Rare disease Day"). Il a entre autres embrassé un enfant déguisé en pape et d'autres enfants vêtus de costumes de carnaval.

jlv/ljm/plh

PLUS:hp