NOUVELLES

Libye: protestations après deux nouveaux assassinats à Benghazi

26/02/2014 10:20 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Deux membres des services de sécurité ont été assassinés mercredi à Benghazi, dans l'est libyen, provoquant la colère de dizaines de manifestants qui ont fermé des routes et brûlé des pneus.

Un policier a été tué près de chez lui dans le quartier de Majouri, de deux balles dans la tête, selon des sources au sein des services de sécurité et au Centre hospitalier de Benghazi.

Selon les mêmes sources, un ex-officier de la police judiciaire a été lui aussi tué par balles dans le quartier de Guwercha.

Des habitants de Bengahzi en colère contre la recrudescence des assassinats ont bloqué des routes et ont brûlé des pneus, selon des témoins.

Mardi, un policier avait été tué par des inconnus et son collègue qui l'accompagnait avait été grièvement blessé dans une attaque armée, toujours à Benghazi.

Berceau de la révolution libyenne qui a mis fin en 2011 au régime de Mouammar Kadhafi, Benghazi est en proie à vague d'attaques quasi quotidiennes visant essentiellement des militaires et des policiers.

Ces attentats, souvent attribués à des islamistes extrémistes, n'ont jamais été revendiqués et jusqu'à présent, les autorités de transition n'ont pas été en mesure d'identifier et d'arrêter leurs responsables.

Les nouvelles autorités peinent en effet à mettre en place une armée et une police capables de restaurer l'ordre dans un pays où une grande quantité d'armes issues du conflit armé meurtrier qui a duré 8 mois circulent parmi la population.

Lundi, les corps de sept chrétiens égyptiens tués par balles ont été retrouvés près de Benghazi.

Face à cette escalade des violences, la mission de l'ONU en Libye (Unsmil) a fait part mardi de sa "profonde préoccupation".

L'Unsmil a exprimé dans un communiqué "sa profonde préoccupation face à la poursuite des violences, y compris les assassinats, les attentats, les enlèvements et les attaques (...) ayant visé des juges, des membres des forces de sécurité, des militants, des civils, des ressortissants arabes et étrangers ainsi que (...) les missions diplomatiques".

bra/ila/vl

PLUS:hp