NOUVELLES

La Fondation Rivières demande une enquête sur le projet de la Romaine

26/02/2014 07:19 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

La Fondation Rivières demande à Québec de mettre fin au chantier du barrage hydroélectrique de La Romaine, sur la Côte-Nord, et recommande à la commission Charbonneau d'examiner les raisons qui ont motivé le lancement de ce chantier de six milliards et demi de dollars.

Dans une lettre d'opinion publiée mercredi dans le quotidien Le Devoir, l'organisme cite le récent rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques qui conclut qu'Hydro-Québec a des surplus et que les prix ne justifient plus la construction de nouvelles centrales.

Les trois signataires de la lettre, Roy Dupuis, Nicolas Boisclair et Alexis De Gheldere, considèrent que le chantier de la Romaine est un « éléphant blanc » qui n'aurait jamais dû voir le jour.

« Près d'un an avant le lancement du chantier, en mai 2009, les données qui permettaient de juger de la non-rentabilité de ces barrages existaient », écrivent-ils.

Enquête sur la Romaine

Les signataires affirment que la commission Charbonneau doit aller au-delà des « histoires de gros bras » sur les chantiers et se demander à qui profite le chantier de la Romaine.

Ils interpellent également les ministres Sylvain Gaudreault, Jean-François Lisée, Yves-François Blanchet et Martine Ouellet.

« Si l'adage veut qu'il y ait un temps pour parler et un temps pour agir, le temps est venu pour les actions concrètes. Vont-ils enfin amener le Québec dans le 21e siècle énergétique ou céder aux intérêts politiques partisans avec pour effet d'endetter davantage les Québécoises et les Québécois? »

Le Fondation Rivières croit que, plutôt que de se lancer dans de grands chantiers, Hydro-Québec devrait créer des programmes pour soutenir le développement « de l'efficacité énergétique, du solaire passif, du solaire thermique, de la géothermie, de la biomasse et du biogaz ».

PLUS:rc