NOUVELLES

Espagne: Rajoy n'entend "rien donner en échange" de la dissolution de l'ETA

26/02/2014 12:11 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Il n'y a "rien à donner en échange" de la dissolution de l'ETA, a affirmé mercredi le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, après l'annonce par une commission de la première mise hors d'usage d'armes du groupe séparatiste basque.

"Nous n'avons rien à donner en échange pour qu'ils se dissolvent", a affirmé Mariano Rajoy, interrogé lors du débat sur l'Etat de la Nation au Congrès des députés par Aitor Esteban, le porte-parole du PNV (nationalistes basques) qui dirige la région.

Le 21 février au Pays Basque, la Commission internationale de vérification, l'un des groupes, non reconnu par Madrid, travaillant sur le suivi du cessez-le-feu de l'ETA, avait annoncé avoir constaté, en janvier, que le groupe basque avait pour la première fois "scellé et mis hors d'usage une certaine quantité d'armes".

Parallèlement, une vidéo montrait deux militants de l'ETA, vêtus de noir et encagoulés, présentant des armes à deux des experts.

Mariano Rajoy a également eu un vif échange avec le porte-parole de la coalition indépendantiste basque Amaiur, Mikel Errekondo, qui l'a accusé "d'immobilisme" et d'avoir "insulté" la commission, dont des membres ont été interrogés dimanche comme témoins par la justice espagnole.

"Si votre gouvernement est incapable de trouver une solution aux problèmes du conflit politique auquel est confronté le peuple basque, dissolvez-vous pour incapacité", a lancé le député.

Mariano Rajoy a rétorqué: "Avez-vous déjà fait un examen de conscience? Vous êtes-vous arrêté pour regarder derrière et penser à ce que vous aviez fait?"

"La meilleure chose que vous pourriez apporter aujourd'hui à l'intérêt général de ce pays est d'exiger de l'organisation terroriste ETA qu'elle se dissolve", a-t-il insisté.

Rendue responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte pour l'indépendance du Pays Basque et de la Navarre, l'ETA n'a plus commis d'attentat en Espagne depuis 2009 et avait annoncé le 20 octobre 2011 mettre fin définitivement à la violence.

ib/sg/mr

PLUS:hp