NOUVELLES

Bitcoin: le PDG de MtGox assure être au Japon et travailler "dur" pour régler le problème

26/02/2014 11:59 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Le PDG de MtGox a assuré être toujours au Japon et travailler "dur" pour régler les problèmes de sa plate-forme de bitcoin, cette monnaie virtuelle en crise dont des utilisateurs se réunissent jeudi à Tokyo, inquiets d'un possible vol de millions de dollars.

"Comme il y a beaucoup de spéculations à propos de MtGox et de son avenir, je voudrais rassurer tout le monde: je suis toujours au Japon et travaille très dur avec divers soutiens pour trouver une solution à nos récents problèmes", a expliqué Mark Karpelès sur le site internet de son entreprise.

M. Karpelès, originaire de Chenôve (Bourgogne, centre-est de la France) d'après son compte Facebook, est introuvable depuis que la totalité du site internet de MtGox a été effacée mardi, plongeant la communauté bitcoin dans la plus grave crise de sa jeune histoire.

"Je voudrais par ailleurs demander aux gens d'arrêter de poser des questions à notre personnel: il lui a été demandé de ne communiquer aucune réponse ou information. Venez sur cette page (internet) pour de nouvelles annonces", a ajouté le dirigeant, alors que MtGox fait face à l'inquiétude voire la colère de détenteurs de bitcoins qui n'ont plus accès à leur argent.

MtGox, l'une des plus anciennes plates-formes (mélange de banque et de Bourse pour l'argent classique), a cessé toutes ses transactions depuis le 7 février. Les rumeurs vont bon train sur l'origine de cet arrêt et un document circulant sur internet présenté comme un scénario "de sortie de crise" pour MtGox évoque le vol de quelque 750.000 bitcoins, soit environ 435 millions de dollars au taux du bitcoin de jeudi matin.

Une trentaine de membres de l'association "Bitcoin Tokyo" doivent se réunir jeudi soir dans la capitale japonaise, comme chaque semaine. Mais ce jour, ce rassemblement prendra un tout autre tour au vu des derniers événements.

La réunion sera consacrée au "problème", a expliqué à l'AFP Jonathan Waller, un organisateur. "Nous voulons échanger des informations et en parler, on ne peut rien faire d'autre", a souligné ce possesseur de bitcoins qui en dispose pour plus de 100.000 dollars chez MtGox.

Le bitcoin échappe aux régulations financières classiques, ce qui explique pourquoi les autorités sont longtemps restées sourdes au problème. Mais mercredi, le Japon a annoncé que ses services financiers et sa police enquêtaient, tandis qu'une citation à comparaître contre MtGox a été déposée aux Etats-Unis.

Un sénateur démocrate, Joe Manchin, a appelé mercredi à l'interdiction pure et simple du bitcoin, qui reste coté sur d'autres plates-formes en Chine, au Royaume et aux Etats-Unis.

Le bitcoin a été créé en 2009 à partir d'un codage informatique crypté et permet d'échanger des biens et services sur internet.

si-pn/jlh/all

PLUS:hp