NOUVELLES

Zone euro: reprise un peu plus forte que prévu en 2014, PIB en hausse de 1,2% (Commission)

25/02/2014 07:51 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

La reprise de la zone euro sera un peu plus forte que prévu cette année, avec une croissance de 1,2% qui accélèrera en 2015 à 1,8%, selon les nouvelles prévisions économiques de la Commission européenne.

La dernière estimation de la Commission, publiée en novembre, faisait état d'une augmentation du Produit intérieur brut de 1,1% en 2014 et de 1,7% en 2015.

"La reprise gagne du terrain en Europe, après le retour à la croissance intervenu au milieu de l'année dernière. Le renforcement de la demande intérieure cette année devrait nous aider à obtenir une croissance plus équilibrée et durable", a commenté le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn.

Les disparités au sein des 18 pays de la zone euro sont cependant criantes: tandis que l'Allemagne devrait afficher une croissance de 1,8% cette année, puis 2,0% en 2015, la France, deuxième économie de la zone euro, devrait rester à la traîne avec une hausse du PIB de 1,0% en 2014 (au lieu de 0,9% envisagé précédemment), puis 1,7% l'an prochain.

L'Italie devrait se contenter d'une reprise timide cette année (+0,6%), après avoir été en récession en 2013 (-1,9%).

Deux pays de la zone euro seront encore en récession cette année, d'après les prévisions de la Commission, Chypre (-4,8%) et la Slovénie (-0,1%).

Le premier a bénéficié d'un plan d'assistance financière au printemps 2013 en échanges de conditions draconiennes. Le second a évité de justesse en décembre le recours à un plan de sauvetage en parvenant à recapitaliser ses trois principales banques publiques.

Enfin, au rang des bonnes nouvelles, la Grèce doit bien tourner la page de six années de récession cette année, avec une croissance de 0,6% et une forte accélération de la reprise en 2015 (+2,9%), mais le pays reste plombé par une dette insoutenable (au-dessus de 175%) et un chômage record (26% cette année et 24% l'an prochain).

"Même si le pire de la crise est probablement derrière nous, il ne faut pas relâcher l'effort, car la reprise est encore modeste", a averti M. Rehn, invitant les Etats à "maintenir le cap des réformes économiques".

Pour la Commission, une éventuelle baisse des perspectives de croissance proviendrait avant tout "d'une nouvelle perte de confiance qui pourrait découler d'une stagnation des réformes au niveau national et européen".

La zone euro est dans tous les cas à la traîne par rapport aux Etats-Unis, qui devraient afficher une croissance de 2,9% cette année et de 3,2% l'an prochain. De son côté, le Royaume-Uni devrait faire 2,5% de croissance cette année et 2,4% en 2015.

may/jlb/jh

PLUS:hp