NOUVELLES

Raid à la frontière Liban-Syrie: Israël "fait tout le nécessaire pour assurer sa sécurité" (Netanyahu)

25/02/2014 06:25 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé mardi qu'Israël faisait "tout le nécessaire" pour se défendre, au lendemain d'un raid aérien contre une cible du Hezbollah libanais lundi soir à la frontière libano-syrienne.

"Nous faisons tout ce qui est nécessaire pour défendre la sécurité d'Israël", a affirmé M. Netanyahu en réponse à une question sur ce raid, lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel, en visite à Jérusalem.

"Nous ne disons pas ce que nous faisons ou ce que nous ne faisons pas", a ajouté le Premier ministre israélien. Ces déclarations constituent la première réaction d'un dirigeant israélien après ce raid.

Le chef d'état-major de l'armée israélienne le général Benny Gantz, avait lancé lundi une mise en garde, avant cette attaque, contre des transferts d'armes de Syrie au Liban à destination du Hezbollah, l'influent mouvement chiite libanais qui se bat au côté des forces du régime de Bachar al-Assad contre les rebelles.

"Nous suivons de près le transfert d'armes de toutes sortes sur tous les fronts. C'est quelque chose de très mauvais et de très sensible. De temps à autre, en cas de nécessité, quelque chose peut survenir", avait averti le général Gantz, allusion voilée à de possibles interventions israéliennes.

Les dirigeants israéliens, au premier rang desquels Benjamin Netanyahu, ont prévenu à maintes reprises qu'Israël ne permettrait pas que la Syrie fournisse des armements sophistiqués au Hezbollah.

Selon un haut responsable de la marine de guerre israélienne, cité par le quotidien Haaretz, le Hezbollah s'efforce activement d'obtenir les armements les plus avancés.

"Le Hezbollah n'a pas cessé une seule seconde d'essayer de mettre la main sur des armes d'attaque et nous devons tenir compte de cette volonté", a déclaré le contre-amiral Eli Sharvit, commandant de la base navale de Haïfa (nord d'Israël).

"Nous nous tenons prêts", a-t-il ajouté.

Selon une source de la sécurité libanaise et une ONG syrienne, deux raids israéliens ont frappé lundi soir une cible du Hezbollah à la frontière libano-syrienne. Ni la localisation précise de l'objectif ni sa nature n'ont été précisées.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué de son côté que la cible était une "base de missiles" appartenant au Hezbollah.

La télévision du Hezbollah, Al Manar, a affirmé qu'"aucun raid israélien n'a eu lieu sur le territoire libanais", rapportant uniquement un "intense survol de l'aviation de l'ennemi sur la région nord de la Békaa", dans l'est du Liban.

Le 1er novembre dernier, Israël avait frappé, selon des médias, une base aérienne syrienne où se trouvaient des missiles destinés au Hezbollah. Un responsable américain avait alors confirmé à l'AFP une "frappe israélienne" en Syrie sans donner de détails sur la cible.

jlr-agr/feb

PLUS:hp