NOUVELLES

Plus de 400 personnes devant la justice russe, 7 jours de prison pour l'opposant Navalny

25/02/2014 09:18 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

Plusieurs Russes, dont le principal opposant Alexeï Navalny, ont été condamnés mardi à des peines de prison pour avoir participé à un rassemblement la veille près du Kremlin au cours duquel plus de 400 personnes ont été interpellées.

Le tribunal Tverskoï de Moscou a condamné Alexeï Navalny à 7 jours de détention pour "avoir désobéi à la police", a annoncé sa porte-parole Anna Veduta sur Twitter.

L'ex-Premier ministre et opposant Boris Nemtsov qui s'est, lui aussi, vu reprocher de ne pas avoir obtempéré aux ordres de la police, a été condamné à 10 jours de prison pour le même délit.

"Reconnu coupable. Arrêté pour 10 jours. La Russie sera libre!", a-t-il écrit sur Twitter.

Les deux hommes comparaissaient devant la justice après avoir été interpellés la veille et avoir passé la nuit au poste de police.

Au total 420 personnes doivent comparaître pour avoir participé à une action de protestation près de la place du Manège, au pied du Kremlin, et dans les rues environnantes.

Elle était organisée en soutien à huit opposants condamnés plus tôt dans la journée à des peines allant jusqu'à quatre ans de camp, pour participation à des "troubles massifs" lors d'une manifestation qui a dégénéré le 6 mai 2012, à la veille de l'investiture de Vladimir Poutine pour un troisième mandat au Kremlin.

Cette vague d'interpellations est la plus importante depuis le 6 mai 2012, a souligné mardi le quotidien Vedomosti.

Elle a eu lieu au lendemain de la clôture des jeux Olympiques d'hiver à Sotchi, ainsi que sur fond de troubles en Ukraine qui ont mené à la destitution du président de cette ex-république soviétique voisine de la Russie.

Amnesty International a condamné ces interpellations.

"Les violations systématiques de la liberté d'expression et de rassemblement par les autorités russes ne montrent aucun signe de répit", a estimé l'ONG.

Parmi les personnes interpellées figurent aussi les deux jeunes femmes du groupe contestataire Pussy Riot récemment libérées, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina.

Mme Tolokonnikova a écrit sur Twitter qu'on lui reprochait d'avoir participé à une manifestation non autorisée, délit pour lequel est prévu une amende ou des travaux d'intérêt général.

Les deux femmes attendent toujours leur procès.

De nombreuses personnes interpellées l'avait déjà été dans la matinée lors d'un autre rassemblement près du tribunal où était lu le jugement des huit opposants. Plus de 200 personnes avaient alors été embarquées par la police et relâchées dans la journée.

Dans une autre affaire, un tribunal de Sotchi, la ville hôte des jeux Olympiques dans le sud de la Russie, a condamné mardi deux militants écologistes pour avoir désobéi à la police après leur arrestation le jour de la clôture des JO.

David Hakim a été condamné à quatre jours de prison et Olga Noskovets à une amende de 1.000 roubles (20 euros), a indiqué l'Association régionale de défense de l'environnement du Caucase du Nord (EWNC) dans un communiqué.

Les militants ont indiqué avoir été arrêtés alors qu'ils attendaient à un arrêt de bus.

Ils avaient tous les deux accompagné Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina à Sotchi où elles filmaient une vidéo anti-Poutine la semaine dernière.

am-edy-ml/nm/gg

PLUS:hp