NOUVELLES

Les pilotes français appelés à boycotter la République dominicaine

25/02/2014 01:11 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

Le principal syndicat français de pilotes de ligne a appelé mardi les pilotes à ne plus desservir la République dominicaine pour protester contre le sort de deux de leurs collègues accusés de trafic de drogue et emprisonnés depuis 11 mois.

Dans un communiqué, ce syndicat, le SNPL France Alpa, "appelle à compter de ce jour tous les pilotes sous contrat français à refuser d'assurer les vols à destination de la République dominicaine". L'appel concerne les commandants opérant à bord des vols affrétés par Air France, Corsair, XL Airways et Air Caraïbes.

Selon le président du SNPL France Alpa, Yves Deshayes, "des pilotes d'Air France ont refusé aujourd'hui de voler" mais ont été remplacés par d'autres.

Le 20 mars 2013, Pascal Fauret et Bruno Odos étaient aux commandes d'un avion privé devant décoller de Punta Cana (est) à bord duquel 700 kilos de cocaïne ont été saisis par l'agence anti-drogue dominicaine.

Ce Falcon 50 appartenait au lunetier français Alain Afflelou mais avait été affrété par une société de location, SN-THS, installée en France.

Cet appel "au boycott des vols vers la République dominicaine" vise "à protéger les pilotes qui estiment qu'il est dangereux pour eux d'aller là-bas", a-t-il dit, en soulignant que les deux pilotes arrêtés "ne faisaient que leur métier".

Il s'agit aussi de "faire pression sur ce pays pour lequel le tourisme est une ressource importante" pour que les deux pilotes "aient le droit d'être jugés", explique M. Deshayes.

L'audience devant statuer mardi sur le renvoi éventuel des pilotes devant la justice dominicaine a, selon le syndicat, été annulée. "Nous savons que le procès sera délocalisé vers Saint-Domingue mais aucune nouvelle date d'audience n'a été donnée".

Début février, le tribunal de Higüey, dans l'est du pays, avait déjà repoussé pour la cinquième fois l'audience préliminaire de la quarantaine de personnes accusées de trafic de drogue, dont quatre Français, les deux pilotes et deux passagers.

Selon le syndicat, Pascal Fauret et Bruno Odos sont en détention préventive depuis plus de 11 mois "sans avoir eu la possibilité de voir un juge pour s'expliquer sur les faits".

Le syndicat évoque en outre deux saisies récentes de drogue placée dans des soutes d'avions au départ de la République dominicaine.

Par conséquent, "la République dominicaine est incapable d'assurer un niveau de sûreté conforme aux standards internationaux" et "les conditions nécessaires à l'exercice du métier de pilote de ligne n'y sont plus remplies", estime-t-il.

Le SNPL France Alpa met aussi en garde les passagers désirant se rendre en République dominicaine sur les risques de voir de la drogue introduite "à leur insu" dans leurs bagages, se référant aux recommandations du ministère français des Affaires étrangères.

shu/jg/pad/blb/bap

PLUS:hp