NOUVELLES

La Russie n'est pas "obligée" de verser une nouvelle tranche du prêt à l'Ukraine (ministre)

25/02/2014 01:23 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

La Russie n'a pas d'obligation légale de verser de nouvelles tranches du prêt de 15 milliards de dollars accordé l'an dernier à l'Ukraine et signé avec le président déchu Viktor Ianoukovitch, a averti mardi un ministre russe.

Le président russe Vladimir Poutine avait accordé ce prêt pour sauver l'économie ukrainienne en précisant que la Russie serait le seul acquéreur des euro-obligations émises par l'Etat ukrainien.

Moscou a jusqu'ici versé trois milliards de dollars en une première tranche mais a gelé les deux prochains milliards de dollars en réponse à la grave crise qui a secoué le pays. Etant donné les relations tendues entre le nouveau pouvoir pro-européen à Kiev et Moscou, il n'est pas clair de savoir ce qu'il adviendra des dix autres milliards promis dans le cadre de cet accord financier entre les deux pays.

"Nous n'avons pas d'obligations légales" à verser ces fonds, a dit le vice-ministre russe des Finances, Sergueï Storchak à la chaîne de télévision Rossiya 24.

"Ce dont nous parlons ce sont un nouveau round de négociations et de nouveaux accords. Quelle en sera la forme, l'avenir nous le dira", a-t-il ajouté. M. Storchak a indiqué qu'on ne saura qu'à la mi-2014 si l'Ukraine a été capable d'éviter le défaut de paiement, lorsqu'elle devra effectuer ses premiers remboursements à la Russie.

"On saura assez rapidement s'il y a de bonnes chances que l'argent soit remboursé. Le premier paiement devrait être effectué en juin", selon lui.

Il a estimé que l'empressement des autorités ukrainiennes à rembourser la dette serait un "test décisif" pour les futures relations de Kiev avec ses bailleurs de fonds.

"Nous ne leur avons pas fait cadeau de ces trois milliards de dollars", a souligné M. Storchak.

De plus, la situation se complique en raison des doutes de Moscou quant à la légitimité du nouveau pouvoir ukrainien, selon le ministre.

"Il est très important que les gens avec lesquels nous allons négocier à l'avenir aient une légitimité totale pour représenter un émetteur souverain" d'obligations, a-t-il dit.

Le ministre ukrainien des Finances par intérim, Youri Kolobov a averti que les besoins en assistance macroéconomique de l'Ukraine pourraient atteindre environ 35 milliards de dollars (25 milliards d'euros)" d'ici la fin 2015.

Si la Russie n'aide pas l'Ukraine menacée de crise financière alors que ses caisses sont vides, Kiev devra à nouveau se tourner vers le Fonds monétaire international et l'Union européenne. Ces derniers cependant risquent d'exiger en retour de douloureuses réformes économiques, une demande qui avait poussé Viktor Ianoukovitch à se tourner vers l'aide russe assortie de moindres contraintes.

sjw/ric/gg

PLUS:hp