NOUVELLES

Yolande James quitte la politique

24/02/2014 05:10 EST | Actualisé 25/04/2014 05:12 EDT

L'ancienne ministre libérale de la Famille Yolande James ne sera pas candidate aux prochaines élections provinciales. La députée de Nelligan, dans l'ouest de Montréal, veut se consacrer à sa famille.

Un texte de Davide Gentile

Mère d'un enfant de 10 mois, elle envisageait mal de concilier le travail de députée avec ses responsabilités parentales. Les députés doivent passer trois jours par semaine à Québec pendant la session parlementaire.

La députée affirme qu'elle se sentait incapable de « passer trois jours chaque semaine sans mon garçon ». La femme de 36 ans affirme que la venue d'un enfant lui a « fait réaliser qu'il n'y a pas que la politique dans la vie ».

Élue lors d'une élection partielle en 2004, elle est devenue ministre de l'Immigration en 2007, poste qu'elle a occupé jusqu'en 2010. Elle devient ensuite ministre de la Famille, fonction qu'elle garde jusqu'à la défaite libérale de septembre 2012.

Pas de lien avec le contexte politique

Sa décision de quitter la scène politique n'a rien à voir avec les difficultés des troupes de Philippe Couillard depuis quelques mois. « Je fais de la politique depuis l'âge de 17 ans, je n'ai pas peur des défis », affirme-t-elle.

Elle estime qu'il faut éviter de sous-estimer les libéraux et leur chef Philippe Couillard. Selon elle, les citoyens sont surtout préoccupés par l'économie et l'emploi, plutôt que par la charte des valeurs.

Yolande James, élue lors d'une partielle en 2004, a fait quatre campagnes électorales depuis ses débuts. Les résultats finaux « sont rarement les mêmes que ce que l'on peut envisager au départ des campagnes », dit-elle.

Avocate de formation, elle ne sait pas encore ce qu'elle fera au plan professionnel. Elle n'écarte pas complètement de faire éventuellement un retour en politique. Mais, pour l'instant, elle met ses énergies dans sa famille.

Nelligan, une circonscription sûre

Il n'est pas exagéré de parler de « château fort » libéral s'agissant de la circonscription de Nelligan.

En 2012, Yolande James a été élue avec une avance de près de 20 000 voix. Créée en 1980, la circonscription a toujours été libérale, et ce, avec de fortes marges.

Avec le départ annoncé de Pierre Marsan, député Robert-Baldwin, le PLQ se retrouve avec deux sièges sûrs à proposer à d'éventuels candidats vedettes.

PLUS:rc