POLITIQUE

Pyrrhotite: le fédéral n'agit pas car les victimes sont du Québec, croit Mulcair

24/02/2014 12:46 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair somme le gouvernement conservateur de prendre ses responsabilités dans le dossier de la pyrrhotite, un minerai qui s'attaque aux fondations de centaines de maisons en Mauricie.

Il soupçonne même les conservateurs d'ignorer les besoins des quelque 1500 résidants touchés par la crise, simplement parce qu'ils habitent au Québec.

«On ne peut que constater que les conservateurs, à chaque fois qu'il est question du Québec, ne sont pas juste pas au rendez-vous, mais ils s'en moquent complètement des réels besoins», a-t-il avancé en point de presse à Ottawa lundi.

Selon lui, Ottawa devrait offrir une compensation financière aux propriétaires touchés parce que la norme concernant les agrégats de béton fait partie du Code national du bâtiment, et relève donc du fédéral. Il rappelle également qu'Ottawa avait accordé son aide dans un dossier semblable aux victimes de la pyrite dans les années 2000.

«C'est une fin de non-recevoir arrogante du gouvernement Harper dans ce dossier-là», a déploré le chef du NPD.

La Coalition Proprio-Béton demande un total de 125 millions $ sur cinq ans au gouvernement fédéral, en plus d'une aide supplémentaire de 45 millions $ à Québec, qui lui a déjà accordé 30 millions $ depuis 2011.

Son porte-parole Yvon Boivin note que ces sommes pourraient être remboursées aux deux paliers de gouvernement si les propriétaires touchés gagnent leur procès concernant la responsabilité de ce vice de construction. Le décision est attendue dans les prochaines semaines au palais de justice de Trois-Rivières.

M. Boivin affirme que si le fédéral persiste dans son refus d'accorder une aide financière, la Coalition n'exclut pas de le traîner à son tour devant les tribunaux.

«Il n'y a personne actuellement au gouvernement fédéral qui veut nous entendre. Ils nous traitent comme si on n'était rien, alors qu'on vit une catastrophe. Il faut que ça cesse», a lancé M. Boivin.

«C'est le cri du coeur que je lance aujourd'hui: "M. Harper, de grâce, ouvrez-nous une porte pour qu'on aille vous rencontrer et qu'on vous explique les désastres humains en plus des désastres financiers qu'on vit".»

Mais son appel n'a pas eu beaucoup d'écho auprès du ministre responsable du dossier, Jason Kenney.

«On parle ici d'un enjeu de compétence provinciale et le NPD le sait très bien — il est d'ailleurs troublant que le NPD tente de gagner du terrain politique avec l'enjeu de la pyrrhotite», a écrit par courriel son attachée de presse Alexandra Fortier.

«Le gouvernement du Québec a lancé, en août 2011, un programme provincial afin d'offrir de l'aide financière aux propriétaires-occupants aux prises avec des dommages causés par la pyrrhotite», a-t-il ajouté.

Toutes les maisons touchées par la pyrrhotite en Mauricie ont été construites entre 1996 et 2008. Si l'on dénombre actuellement près de 1500 victimes, la Coalition croit que ce nombre pourrait grimper à 5000 d'ici quelques années.

Selon elle, il en coûte en moyenne autour de 150 000 $ par maison pour se débarrasser du minerai qui provoque de mini-explosions dans le béton et d'importantes fissures. Il faut alors remplacer la totalité des fondations de la résidence en la soulevant dans les airs à l'aide de poutres de bétons.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper