NOUVELLES

Mode à Milan: élégance sobre chez Armani, étincelante chez Dsquared2, exotique chez Stella Jean

24/02/2014 10:32 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Cascades de pierreries chez Dsquared2, coupes sobres et fluides chez Giorgio Armani, imprimés africains chez Stella Jean... C'est par trois styles résolument différents que s'achève la semaine des défilés milanais de prêt-à-porter féminin pour l'hiver prochain.

Dsquared2 : folie furieuse

Pas de demi-mesure pour Dean et Dan Caten, qui confectionnent une collection excessivement riche traversée d'un zeste de folie, où le maxi long s'oppose à l'ultra court. Stars déchues, les jeunes femmes de Dsquared2 se retrouvent dans une maison de correction aux allures d'institut psychiatrique surveillées de près par de terribles infirmières.

Ces dernières endossent des robes en stretch couleur chair rappelant les corsets orthopédiques ou des tenues en cuir blanc : micro robes hyper moulantes, petites capes à double boutonnage et chapeaux bombe très sixties. A l'opposé, les starlettes emprisonnées affichent des ensembles précieux richement décorés de paillettes, cristaux, plumes, inserts en vison et autres pierres étincelantes.

Le regard caché par de géantes lunettes noires strassées, elles portent de petits tailleurs en python coloré (violet, vert émeraude, turquoise) rigoureusement assortis à leurs accessoires, des manteaux à boutons-bijoux et de longues robes fourreaux en satin. Le tout est complété par des accessoires inspiré des éléments de contention typiques des asiles psychiatriques : bracelets rigides enserrant le bras le long d'une tige de fer, serre-poignets en cuir reliés aux doigts, chaussures à talon-cage métallique refermées sur la cheville par une sangle, colliers collerette rigide sanglés derrière le cou.

Giorgio Armani: élégance sobre

Le couturier construit une collection sobre et raffinée déclinée dans une palette classique de gris-noirs et de tissus masculins (laines et flanelles) dans des ensembles fluides aux nouvelles proportions. La veste d'homme à un bouton épouse les flancs avec douceur, des pinces sur le devant donnent du volume aux pantalons, de long manteaux en drap de laine impalpables enveloppent les corps, des bermudas ressemblent à des jupes culottes, tandis que certains sacs sont proposés en feutre sombre.

Cette garde-robe un brin austère est rafraîchie par un zeste de lime. Une touche de lumière virant parfois au pistache ou au vert amende, qui sert de fil conducteur à la collection. Elle apparaît dans une jupe évasée en satin, les bandes latérales d'un pantalon et dans des robes en soie. Elle est également reprise dans les accessoires, sacs et bracelets en plastique, ou encore dans la doublure d'une robe.

Le lime est aussi mélangé au noir dans une veste en fourrure teintée ou dans un manteau de laine gris fumé qui se dégrade en un vert pâle vers le bas. Pour le soir, les longueurs se rallongent avec des robes somptueuses tombant jusqu'aux pieds, qui jouent sur le contraste lime/noir enrichies de broderies et pierreries scintillantes.

Stella Jean : cocktail exotique

Née à Rome de père turinois et de mère haïtienne, cet ex-mannequin de 34 ans est l'un des nouveaux noms révélation de la mode italienne. Sa collection séduit d'emblée par ses chaleureux coloris et ses savants mélanges d'imprimés africains. De fait, la styliste a fait du Wax, ce tissu traditionnel en coton imprimé à la cire, sa marque de fabrique. S'y ajoute aussi cette fois le canbkvas à grosses rayures tissé à la main par les femmes du Burkina Faso dans le cadre du projet Ethical Fashion promu par l'Onu.

Stella Jean propose une collection d'une grande vitalité qui oscille avec intelligence entre artisanat et élégance raffinée. De grands manteaux tricotés à la main en alpaga et mohair reproduisent des paysages exotiques, des vestes d'hommes s'enfilent sur de fines robes longilignes en soie fermées au cou par un noeud Lavallière, des tuniques en tissu wax cintrées par une ceinture élastique bicolore se superposent à des chemises en coton à fines rayures et boutons de manchette. Un combat de coqs en borderie de perles et de laines colorées orne un sac ou le devant d'une robe ballon.

Les micro-motifs des tissus sont repris dans les bas et les chaussettes en nylon ainsi que sur les chaussures à talons vertigineux signées Christian Louboutin offrant un cocktail explosif et réjouissant de couleurs et imprimés.

str/ljm

PLUS:hp