NOUVELLES

La police fédérale du Brésil va croiser les bras pendant deux jours

24/02/2014 02:24 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Les agents de la police fédérale brésilienne vont faire grève mardi et mercredi pour revendiquer de meilleurs salaires et protester contre le manque de moyens pour assurer la sécurité pendant le Mondial de football (12 juin-13 juillet).

"Nous sommes dans une situation critique", a déclaré à l'AFP Jones Borges Leal, président de la Fédération nationale des polices fédérales, lors d'une manifestation à Sao Paulo (sud-est) lundi.

"Demain (mardi) et mercredi nous allons arrêter de travailler dans tout le pays. Nous avons prévu une série d'actions cette année et nous espérons ne pas avoir à nous arrêter pendant la Coupe du Monde", a-t-il ajouté.

Les policiers, qui réclament des augmentations des salaires, selon eux gelés depuis sept ans, et un élargissement de leurs attributions, assureront un service minimum de 30% pendant ces deux jours de paralysie.

Une centaine de policiers protestaient lundi sur l'Avenue Paulista, dans le coeur financier de Sao Paulo, devant un immeuble où se tenait un séminaire sur la sécurité pour le Mondial.

Les manifestants attiraient l'attention avec des "vuvuzelas" (sorte de trompette utilisée par les supporteurs sud-africains durant le dernier Mondial) et des pancartes réclamant une "police fédérale niveau Fifa", en allusion aux exigences de cet organisme international de football pour la qualité des stades du Mondial.

"Il faut réformer le système de sécurité au Brésil. Nous n'avons pas de quoi assurer la sécurité des Brésiliens et encore moins celle des étrangers", a insisté M. Borges Leal. "Comment allons nous éviter les attaques terroristes?".

D'après lui, il n'existe que 10.000 policiers fédéraux au Brésil, en charge de la sécurité des frontières et des aéroports, pour délivrer les passeports et surveiller les bâtiments d'organismes d'Etat. Ils sont également en charge de la sécurité du chef de l'Etat et des ministres.

Le Brésil est un Etat fédéral, avec 27 Etats dotés de leurs propres organismes policiers et judiciaires. Trois types de forces de sécurité coexistent dans le pays: la police fédérale et les polices militaire et civile de chacun des Etats.

Lors de la campagne électorale de 2002, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) avait promis d'opérer trois grands changements structurels, restés lettre morte à ce jour: créer un système Unique de sécurité publique (SUSP), lier le Secrétariat de sécurité à la Présidence de la République (l'organisme dépend du ministère de la Justice) et réformer la Constitution pour permettre l'unification des polices civile et militaire.

nr/cdo/ag/bap

PLUS:hp