NOUVELLES

Deux suspects arrêtés à Gaza dans de possibles "crimes d'honneur"

24/02/2014 08:00 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Le père d'une jeune Palestinienne et le frère d'une autre jeune fille ont été arrêtés dans l'enquête sur deux possibles "crimes d'honneur" dans la bande de Gaza, a affirmé lundi la police du gouvernement du Hamas, au pouvoir à Gaza.

Le Centre palestinien pour les droits de l'Homme (PCHR), basé à Gaza, a dénoncé dans un communiqué la mort d'une jeune fille de 17 ans dans le camp de réfugiés de Jabalia (nord) et d'une de 18 ans à Khan Younès (sud), exhortant les autorités du Hamas à "prendre les mesures nécessaires pour enrayer la montée de ce phénomène et protéger les femmes contre les violences".

La première victime "a été découverte dans le nord de la bande de Gaza jeudi alors que ses parents tentaient de l'enterrer", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police dans la bande de Gaza, Ayoub Abou Chaar.

"Elle avait été battue quelques jours auparavant, mais sans intention de donner la mort", a-t-il indiqué, soulignant qu'elle avait ensuite été laissée sans soins et que "le père était encore détenu sur ordre du procureur".

"S'agissant du meurtre à Khan Younès, l'affaire est très différente, la jeune fille a été tuée par son frère", a ajouté le porte-parole, précisant que celui-ci avait été arrêté et que "selon les premiers éléments de l'enquête il s'agit d'un meurtre dans le contexte de l'honneur".

Hanane Achraoui, membre du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a condamné ces deux meurtres, jugeant "le temps venu d'appliquer les amendements nécessaires, et de ratifier la loi imposant des peines dissuasives en traitant ces crimes comme des crimes contre l'humanité".

"La femme n'est pas porteuse de l'honneur de l'homme ou la famille, mais un membre à part entière de la société", a-t-elle ajouté dans un communiqué, indiquant que 28 Palestiniennes ont été tuées en 2013.

Les crimes dits "d'honneur", dont sont victimes des jeunes filles ou femmes accusées d'avoir ruiné la réputation de leur famille, sont fréquents dans la société palestinienne conservatrice, aussi bien en Cisjordanie que dans la bande de Gaza ou parmi la minorité arabe d'Israël.

En 2011, le meurtre d'une jeune fille retrouvée morte et ligotée au fond d'un puits dans le sud de la Cisjordanie avait révulsé l'opinion, amenant le président palestinien Mahmoud Abbas à s'engager à amender la loi pour retirer "l'honneur" des motifs de circonstances atténuantes, qui permettent aux auteurs de ces crimes de bénéficier de peines légères.

sa-sy-sst/agr/sw

PLUS:hp