NOUVELLES

Colombie: ouverture d'une enquête sur l'interception des mails du président

24/02/2014 04:04 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

La justice colombienne a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête sur l'interception de plus d'un millier de mails du président Juan Manuel Santos et sur un éventuel lien avec l'espionnage présumé des négociateurs de paix avec la guérilla des Farc.

"Une enquête a été ordonnée et confiée à un magistrat spécialisé qui devra aussi établir si les communications d'autres membres de la famille présidentielle ont été violées", a déclaré le parquet dans un communiqué.

Candidat à un second mandat en mai prochain, M. Santos a confirmé dimanche que ses mails, ainsi que ceux de sa famille, avaient été piratés, dénonçant des "motivations politiques" en vue de la campagne électorale, afin de salir sa réputation.

Cette affaire survient après un scandale autour de présumées écoutes illégales des représentants du gouvernement chargés des pourparlers de paix ouverts depuis novembre 2012 à Cuba avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la principale rébellion du pays.

Le chef de l'Etat avait qualifié cet espionnage d'"inacceptable", y voyant l'oeuvre de "forces obscures" pour saboter des négociations visant à mettre fin à un conflit qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts en cinquante ans.

Le parquet, qui a aussi ouvert une enquête sur cet espionnage présumé qui a été attribué à une cellule de renseignement militaire, a précisé qu'il vérifierait si les deux affaires étaient en relation.

Lors de la reprise des négociations avec les Farc lundi à La Havane, la guérilla a précisé qu'il existait un climat de "grande méfiance" en raison du scandale secouant l'armée.

an/lda/pz/bap

PLUS:hp