NOUVELLES

Colombie: l'ELN revendique l'enlèvement d'un policier et promet de le libérer

24/02/2014 11:18 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

La seconde guérilla de Colombie, l'Armée de libération nationale (ELN), a revendiqué lundi l'enlèvement d'un policier, capturé lors d'une embuscade meurtière contre une patrouille antidrogue, promettant de le libérer prochainement.

Ce jeune policier auxililaire de 19 ans a été "fait prisonnier lors de l'attaque" et "il est en bonne santé, ayant été traité conformément au droit humanitaire international", indique le mouvement de rébellion, dans un communiqué adressé à ses parents.

L'ELN, seconde guérilla après celle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), asssure que ce dernier sera relâché "dans les prochains jours" et remis à une mission humanitaire internationale, procédé habituel pour la libération d'otages.

Les faits remontent à lundi dernier, lorsque des policiers des services anti-narcotiques ont été la cible de tirs et d'explosifs alors qu'ils se livraient à l'arrachage manuel de plants de coca, une culture interdite servant à fabriquer la cocaïne, dans la province d'Antioquia (nord-ouest). Quatre policiers et un guérillero ont trouvé la mort lors de cet affrontement.

La Colombie est le principal producteur mondial de cocaïne, presque à égalité avec le Pérou. En 2012, elle a produit quelque 309 tonnes, selon le dernier rapport de l'ONU.

Les services du "Défenseur du peuple", médiateur indépendant, qui avait appelé l'ELN à clarifier sa participation dans l'embuscade, a demandé à la rébellion de "respecter la vie et les droits" du policier détenu.

Fondées dans les années 1960, l'ELN et les Farc, les plus anciens mouvements rebelles d'Amérique latine, comptent encore respectivement 2.500 et entre 7.000 et 8.000 combattants dans leurs rangs, selon les autorités de Bogota.

Les Farc ont ouvert avec le gouvernement depuis novembre 2012 des négociations de paix dont l'un des chapitres aborde justement la question des cultures illicites, tandis que l'ELN s'est déclarée, au cours des derniers mois, prête à ouvrir des pourparlers.

Le conflit interne en Colombie, qui a mêlé des guérillas et divers groupes illégaux, a fait plusieurs centaines de milliers de morts et environ 4,5 millions de déplacés.

an/pz/bap

PLUS:hp