NOUVELLES

Boucherville adopte une politique éditoriale pour les médias sociaux

24/02/2014 06:45 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Boucherville devient une des premières villes au Québec à se doter d'une politique éditoriale pour son utilisation des médias sociaux.

Un texte de Philippe Marcoux Twitter Courriel

La ville veut augmenter sa présence dans les médias sociaux pour mieux communiquer avec ses citoyens. Mais de communiquer grâce à Facebook ou Twitter n'est pas sans risque. On peut perdre rapidement le contrôle du message. Les responsables de la ville de Boucherville croient que cette nouvelle politique leur permettra de mieux encadrer ses échanges avec les résidents.

Selon Josiane Marcotte, relationniste web et médias sociaux à la ville de Boucherville, cette politique arrive au bon moment parce que la ville n'a justement pas encore eu à faire face à une crise créée par les médias sociaux.

La spécialiste des médias sociaux Michelle Blanc voit d'un bon oeil la politique adoptée par Boucherville même si, selon elle, la politique aurait eu avantage à être plus courte et par conséquent plus accessible aux citoyens, quitte à référer les employés de la ville à un autre document plus long et probablement plus contraignant légalement.

Tout comme Berard Motulsky, professeur de communication à l'UQAM, Michelle Blanc se demande aussi pourquoi la ville de Boucherville s'est limitée à Facebook et Twitter dans sa politique éditoriale.

Mais la chef des communications de la ville, Julie Lavigne, explique que la politique sera mise à jour à chaque fois que Boucherville utilisera un nouveau média social, comme ce sera le cas pour Vimeo dans les prochaines semaines.

Elle ajoute d'ailleurs que les citoyens utilisent de plus en plus leur téléphone intelligent pour interagir avec la ville, ce qui forcera Boucherville à continuer à adapter sa stratégie numérique.

Sa nouvelle politique éditoriale n'est donc que la plus récente étape d'un processus en constante évolution.

PLUS:rc