NOUVELLES

Au bord de la faillite, l'Ukraine lance un appel à l'aide

24/02/2014 10:13 EST | Actualisé 26/04/2014 05:12 EDT

Le nouveau gouvernement qui s'installe à Kiev doit s'attaquer en priorité au grave problème des finances publiques. Le ministre intérimaire des Finances a fait savoir qu'il avait besoin de 35 milliards de dollars pour les deux prochaines années.

Le gouvernement de transition propose d'organiser rapidement une conférence de donateurs afin que l'argent soit fourni à court terme. Le pays pourrait être en défaut de paiement d'ici quelques semaines.

La haute représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, est arrivée à Kiev en début d'après-midi, pour discuter notamment de la question de l'aide économique.

L'Union européenne (UE) a déjà indiqué être prête à aider l'Ukraine à honorer ses engagements financiers alors que la transition politique s'organise. Un membre de la Commission européenne a fait état d'échanges à ce sujet avec les États-Unis, le Japon, la Chine, le Canada et la Turquie.

Toutefois, l'UE rappelle que toute aide financière est conditionnelle à des réformes économiques. Les députés ukrainiens ont fixé au 25 mai la tenue de la prochaine élection présidentielle.

« Nous devons être prêts à apporter une assistance financière via des organisations comme le Fonds monétaire international (FMI) », a indiqué lundi le ministre britannique des Finances, George Osborne, précisant que l'essentiel de cet apport prendrait la forme de prêts.

Le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, a quant à lui suggéré à l'Ukraine d'entamer, dès que possible, des négociations avec le FMI pour établir un plan d'aide.

L'aide financière de la Russie n'est plus assurée

L'Ukraine avait obtenu un prêt de 15 milliards de dollars de la part de la Russie, mais le versement de la deuxième tranche d'aide, prévue pour cette semaine, a été annulé en raison des troubles.

Parallèlement, la Russie a menacé lundi d'augmenter les droits de douane sur les importations en provenance d'Ukraine si Kiev se rapproche de l'Union européenne. Moscou a émis de « sérieux doutes » sur la légitimité des nouvelles autorités ukrainiennes.

« Ces trois dernières années, l'Ukraine a fonctionné grâce à des emprunts. Aucun gouvernement en Ukraine n'a jamais travaillé dans des conditions aussi extrêmes », a lancé le président ukrainien par intérim Olexander Tourtchinov lors d'une réunion avec d'autres responsables au Parlement.

« La plupart des fonctionnaires ont quitté leur poste. Les caisses sont vides, nous n'avons pas d'argent pour honorer nos dettes », a-t-il ajouté.

« Depuis son indépendance, l'Ukraine n'a jamais connu une telle catastrophe économique et politique », a renchéri l'un des leaders de contestation Arseni Iatseniouk.

Le futur chef d'État devra gérer une économie en crise avec près de 6,8 milliards de dollars de dettes à rembourser d'ici la fin de l'année. La devise nationale, la hryvnia, a continué à fortement baisser après les événements du week-end. De plus, le pays jouissait de tarifs réduits pour ses importations de gaz de la Russie. Ces tarifs pourraient être revus.

Par ailleurs, plusieurs pays partenaires de l'Ukraine ont dit craindre pour l'intégrité territoriale du pays après la crise de la semaine dernière, et appelé à l'unité.

PLUS:rc