DIVERTISSEMENT

Marc Beaupré : Marc Arcand, l'apogée d'une carrière

23/02/2014 03:35 EST | Actualisé 23/02/2014 03:37 EST
Radio-Canada

Il y avait eu le rôle de Kevin Drisdell dans 2 frères, au début des années 2000. Et, cette saison, il y a Marc Arcand, ce truculent personnage, mésadapté social, capable de toutes les énormités, mais foncièrement attachant, révélation de Série noire.

Entre-temps, Marc Beaupré a travaillé, bien sûr. Mais il lui aura fallu plus de 10 ans pour retrouver la petite étincelle, ce je-ne-sais-quoi, qui avait fait du jeune Drisdell de 2 frères une figure profondément marquante du petit écran québécois. Le jeune délinquant qu’il interprétait dans la série du tandem Anne Boyer – Michel d’Astous a imprégné les mémoires à un point tel que, sitôt ce tournage terminé, le comédien aurait voulu se lancer dans un autre projet d’aussi grande envergure et jouer d’autres scènes aussi troublantes. Malheureusement, les séries dépeignant des univers aussi riches, peuplés de personnages aussi complexes, nuancés, pleins de substance, sont rares au Québec.

«J’ai une carrière extraordinaire au niveau des opportunités artistiques que j’ai, s’extasie Marc Beaupré. J’espère qu’il y en aura d’autres comme celui-là mais, selon mon jugement, un rôle comme Marc Arcand, c’est l’apogée d’une carrière. Je fais de la mise en scène et je sais à quel point c’est important d’avoir une bonne histoire pour encadrer les comédiens et diriger l’œuvre. Série noire, c’est exactement ça. Je n’ai qu’à dire mes répliques; je n’ai pas besoin d’en faire beaucoup, parce que les situations sont déjà extraordinaires. Il arrive comme un cheveu sur la soupe, il dit une affaire et tout tourne de bord, il se fout en bedaine, il sort ses nunchakus…»

«Mais j’ai peur que ça fasse comme 2 frères, continue l’acteur. C'est-à-dire, d’avoir un rôle extraordinaire, salué par la critique, mais qui n’amène pas nécessairement d’autres opportunités. Peut-être que je n’aurai pas la chance de refaire ça avant un an ou deux. Peut-être qu’il faudra que j’attende encore 10 ans avant de jouer un autre personnage aussi fantastique.»

Désillusions

Il faut dire que Marc Beaupré avait vécu un rêve à la fin de ses études en obtenant presque immédiatement le contrat qui allait faire de lui un visage connu.

«Quand j’ai eu 2 frères, ça faisait quatre jours que j’avais eu mon diplôme de l’École nationale de théâtre, raconte-t-il. Pendant quatre ans, à l’école, on nous avait dit d’être patients, que notre carrière pourrait prendre des années avant de décoller. Moi, c’a pris quatre jours. Quatre jours!»

«Et j’ai fait cette série. Il y avait pratiquement deux millions de personnes qui la regardaient, c’était un succès populaire. Ensuite, j’ai refusé des rôles. Dans Watatatow, dans Virginie, dans Ramdam… Parce que j’avais le goût d’avoir d’autres rôles aussi marquants dans des téléséries. Je voulais privilégier les téléséries au profit des téléromans, parce que je trouvais que c’était plus accompli, plus intéressant, qu’on pouvait aller plus loin. Je voulais grandir, avoir d’autres grands rôles. Mais, non. Ça n’arrivait pas. C’est pour cette raison que je me suis tourné vers le théâtre et la mise en scène. Le milieu ne répondait pas assez à mes espérances. La barre avait été placée tellement haut avec 2 frères! Maintenant, j’ai cette expérience. Je sais que Marc Arcand va marquer, mais je ne sais pas si ça m’amènera autre chose. Ceci dit, je suis content, parce que c’est extraordinaire en soi.»

Surtout actif sur les planches depuis la fin de 2 frères, en 2001, Marc Beaupré n’a tout de même pas été complètement absent du paysage télévisuel dans la dernière décennie, puisqu’il a multiplié les apparitions dans des fictions comme Rumeurs, Les Lavigueur, la vraie histoire, Le Gentleman, Toute la vérité, Le Négociateur (qui lui a valu en 2008 le Prix Gémeaux de la meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien, distinction qui lui avait aussi été octroyée en 2000 pour 2 frères), Les Boys, Trauma et quelques autres. Or, il n’est pas seul à avoir eu du mal à se dégoter d’autres rôles de premier plan par la suite; Benoît Langlais et Daniel Thomas, qui incarnaient les deux frères du titre et portaient eux aussi la série sur leurs épaules, ont encaissé sensiblement les mêmes désillusions. Et les trois garçons en sont arrivés à un constat plutôt cocasse…

«On s’est rendu compte que toutes les filles de 2 frères sont devenues des superstars. Élise Guilbault, Karine Vanasse, Mariloup Wolfe, Hélène Florent et Isabelle Blais. Elles sont toutes devenues des stars, toute la gang! Il y a autant d’explications que de décisions qui ont été prises par rapport à ça», s’amuse Marc Beaupré.

Des téléromans? Peut-être…

Et maintenant? Si on lui offre de joindre la distribution d’un téléroman après Série noire, Marc Beaupré refusera-t-il systématiquement, de crainte de louper une occasion de donner vie à d’autres Kevin Drisdell ou Marc Arcand? L’opinion de l’homme à ce sujet est moins catégorique qu’elle ne l’était il y a 10 ans.

«C’est sûr que je vais toujours privilégier des œuvres fortes, et c’est souvent au cinéma et dans les téléséries qu’on les retrouve, avance-t-il prudemment. Ça dépendrait du téléroman, du genre de rôle qu’on m’offre, de la durée du contrat… Je vais attendre de voir ce qu’on me propose. Il y a 10 ans, j’ai dit non à bien des téléromans, sous prétexte, justement, que c’était des téléromans. Je ne le regrette pas, mais je serais curieux de voir ce que ma carrière aurait été si j’avais dit oui à tout ça.»

Dans les prochains jours, Marc Beaupré supervisera le retour, à l’Usine C, de sa pièce Caligula (Remix), qu’il a créée en 2010, et qui tiendra l’affiche du 26 février au 1er mars, dans le cadre du Festival Montréal en lumière. Il travaille aussi à jeter les bases d’un spectacle qu’il jouera l’an prochain dans un théâtre, où on lui a donné carte blanche; l’artiste ignore toutefois de quelle nature sera sa proposition. Et il attend, comme toute l’équipe de Série noire, de savoir si ICI Radio-Canada donnera le feu vert aux auteurs François Létourneau et Jean-François Rivard pour une deuxième saison. On devrait connaître la réponse d’ici quelques semaines.

«S’il y a une saison deux, je risque d’être là!», s’esclaffe Marc Beaupré.

INOLTRE SU HUFFPOST

Série noire: des images des épisodes 9 à 12