NOUVELLES

JO-2014 - Patinage de vitesse/Short-track: orange hégémonique, super-An

23/02/2014 05:29 EST | Actualisé 25/04/2014 05:12 EDT

Avec huit titres sur douze et un total de 23 médailles, les Pays-Bas ont régné sans partage sur les épreuves de patinage de vitesse des JO-2014 alors que le Russe Victor An a marqué l'histoire du short-track.

Historique, hégémonique ou stupéfiant! Jamais une nation n'avait autant dominé une discipline lors des Jeux d'hiver.

La délégation "oranje", présente au moins une fois sur tous les podiums à l'Adler Arena de Sotchi, a envoyé aux oubliettes la Wunderteam autrichienne qui n'avait décroché "que" 14 médailles en ski alpin lors des JO-2006.

La domination des Pays-Bas sous les yeux du roi Willem-Alexander et de son épouse Maxima, a été totale, en sprint (500, 1000 m) comme en endurance (5000, 10.000 m) ou en poursuite par équipes (doublé dames et messieurs). Les patineurs néerlandais se sont même offert quatre triplés (500 m, 5000 m et 10.000 m messieurs; 1500 m dames).

Cette supériorité a suscité la suspicion, certains entraîneurs étrangers qui ont vu leurs poulains laminer par les TGV néerlandais évoquant ouvertement le dopage.

Droits dans leurs patins, les Néerlandais ont préféré évoquer la redoutable et intraitable concurrence interne: "Pour être aux JO, il faut faire partie du top niveau mondial", a expliqué Jorrit Bergsma, sacré sur 10.000 m.

La moisson néerlandaise a aussi été facilitée par les faillites d'autres grandes nations, comme les Etats-Unis, le Canada ou l'Allemagne, repartis bredouilles et en quête d'un nouveau souffle.

A quelques dizaines de mètres de l'Adler Arena, l'Iceberg, théâtre des épreuves de short-track, a couronné un roi revenu de loin, le Russe Victor An.

An, 28 ans, a remporté trois titres (500, 1000 m, relais) et une médaille de bronze (1500 m), un bilan identique à sa moisson de 2006. Il portait alors un autre nom Ahn Huyn-soo et représentait la Corée du Sud, pays à qui il a tourné le dos en 2011.

Le retour au premier plan d'An a été mal accueilli en Corée du Sud et la Fédération russe a dû se défendre d'avoir fait un pont d'or à An pour le recruter.

Avec ses six titres et deux médailles de bronze, il est devenu le short-trackeur le plus médaillé de l'histoire.

jr/mam

PLUS:hp