NOUVELLES

Venezuela : opposants et partisans du régime manifestent

21/02/2014 07:39 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

Des centaines de milliers de partisans et opposants au président Nicolas Maduro sont descendus samedi dans les rues de Caracas et des principales villes du Venezuela, théâtre depuis deux semaines d'une vague de contestation qui a fait huit morts et plus de 100 blessés.

Un jeune homme de 29 ans a été tué samedi après avoir été heurté un câble tendu au travers d'une rue alors qu'il était en motocyclette. Une jeune étudiante est morte des suites de blessures au visage provoquées par des balles de caoutchouc subies jeudi dans le centre du pays.

La manifestation antigouvernementale s'est poursuivie jusqu'en soirée à Caracas, alors que des partisans de l'opposition ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre.

À l'extérieur de la capitale, c'est à San Cristobal que s'est tenue l'une des plus importantes mobilisations de l'opposition, avec des milliers de personnes défilant vêtues de blanc.

À qui la faute?

L'opposition, qui appuie le mouvement étudiant de contestation entamé en province, dénonce le coût élevé de la vie et les intimidations de groupes armés non identifiés, notamment dans la ville de Valencia, dans le nord du pays, où a eu lieu vendredi matin un rassemblement après la mort par balle d'une manifestante en début de semaine.

À Caracas, mais aussi à Lara, Aragua et Trujillo, les partisans du régime du président Nicolas Maduro, qui fait face à une importante vague de mécontentement depuis la mort de son prédécesseur Hugo Chavez, l'année dernière, se sont aussi réunis par milliers.

Le gouvernement impute les violences à des « groupes fascistes » qui tentent de déstabiliser le pays.

Leopoldo Lopez, un des chefs de file du mouvement de protestation, s'est constitué prisonnier après avoir été désigné par le pouvoir comme responsable des heurts meurtriers depuis le début des troubles. Une centaine de personnes ont été interpellées depuis le début du mouvement de contestation.

Les autorités du Venezuela, de plus en plus nerveuses, ont ordonné l'expulsion de diplomates américains, accusés d'aider les contestataires.

Le président Maduro a appelé vendredi en fin de journée le président américain Barack Obama à engager un dialogue avec les autorités du Venezuela.

PLUS:rc