NOUVELLES

Madrid diffuse les images de l'assaut tragique des migrants noyés à Ceuta

21/02/2014 12:58 EST | Actualisé 23/04/2014 05:12 EDT

La Garde civile a livré à la justice espagnole des images filmées le 6 février, lorsque 15 immigrants sont morts noyés lors d'une tentative d'entrée en force dans l'enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc, a indiqué vendredi le ministère de l'Intérieur.

Sur ces images, "on peut voir comme la Garde civile lance des moyens antiémeute depuis l'épi (frontalier qui sépare les deux pays en s'avançant dans la mer, ndlr) puis depuis la rive", expliquaient les forces armées dans une présentation vidéo des images livrées à la justice.

"Sur les images, qui doivent encore être analysées complètement, on ne perçoit aucun impact d'aucune sorte sur aucun immigrant", a ajouté le lieutenant colonel Fernando Cubillo.

L'enregistrement complet des caméras de sécurité de la zone frontière où s'est produite la tragédie a été remis au juge chargé de l'enquête sur la mort des 15 immigrants qui tentaient d'entrer sur le territoire espagnol à la nage.

Dans un premier temps, la Garde civile avait reconnu avoir utilisé du matériel antiémeute pour contrer la tentative d'entrée en force, notamment des balles en caoutchouc, mais jamais en visant directement les clandestins et seulement sur la terre ferme.

Le ministre de l'Intérieur a cependant depuis reconnu devant le Parlement que les agents avaient aussi utilisé ces moyens lorsque les immigrants étaient dans l'eau, alors qu'ils tentaient de contourner à la nage l'épi frontalier, mais seulement comme moyen de "dissuasion" et à plusieurs mètres d'eux.

Madrid s'est fait rappeler à l'ordre par la Commission européenne, qui lui a demandé des "explications".

Embarrassé, le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, s'est défendu, ses services faisant savoir que l'Espagne avait déjà, "dans le cadre de l'Union européenne, demandé une aide financière pour lutter contre l'immigration clandestine".

"L'Union européenne doit être solidaire avec nous", a-t-il déclaré.

Les villes espagnoles de Ceuta et Melilla, enclavées dans le territoire marocain, constituent les seules portes d'entrée terrestres vers l'Europe pour l'immigration clandestine venue d'Afrique noire et du Maghreb.

Face à une pression migratoire constante, leurs frontières sont régulièrement renforcées, sans pour autant dissuader les tentatives de passages des clandestins.

gr/elc/mr

PLUS:hp